Blogue

Vous aimez lire notre blogue ? Alors soutenez HabiloMédias en faisant un don, même modeste, exonéré d’impôts, afin que nous puissions tenir nos ressources en éducation aux médias à jour, et sans droit de copie, pour votre usage à la maison, dans les écoles et les communautés.

Peu de questions reflètent notre anxiété concernant les jeunes et les médias sociaux comme le sextage. Comme pour les technologies qui remontent au moins au télégraphe, une grande partie de cette anxiété concerne précisément les filles et les femmes, ce qui est logique dans une certaine mesure : bien que les garçons et les filles envoient des sextos à peu près dans les mêmes proportions et que les sextos envoyés par les garçons soient plus susceptibles d’être transférés, il est vrai que la société désapprouve davantage les filles qui envoient des sextos et, par conséquent, que le tort qui leur est fait est plus grand lorsque des sextos qu’elles ont envoyés rejoignent un public plus élargi que prévu.

Chaque année en novembre et décembre, c’est un peu le même rituel qui se répète dans nos chaumières. Nos enfants et nos ados qui soudainement, en voyant l’imminence de Noël à nos portes, se mettent soudainement à se créer mille envies. En 2013, Statistique Canada évaluait à quelques 401 M$ les dépenses faites par les familles pour l’achat de cadeaux. Une vraie fortune!

Chaque année au moment de la rentrée des classes en automne, je me questionne toujours un peu en tant que parent d’un jeune pré-ado de maintenant onze ans. Et chaque fois, je me demande comment dans notre monde d’aujourd’hui dans lequel, tous, nous baignons littéralement dans les eaux numériques, il est possible d’encadrer l’utilisation que font nos adolescents de ces technologies.

Je suis récemment devenue la chauffeuse privée de mon fils et de son groupe d’amis lorsqu’ils jouent ou se rencontrent un après-midi par semaine chez l’un deux. Il est clair que mon rôle de conductrice est d’être invisible : ils discutent et font les clowns dans la voiture comme si je n’étais pas là et si j’interviens dans leur conversation, ils figent un moment ne sachant pas trop d’où vient cette voix avant de l’ignorer et de poursuivre leur discussion. Je suis là pour graviter autour d’eux, et non m’immiscer.

Les jeunes aujourd’hui passent plus de temps devant les écrans, dès un plus jeune âge, et à partir d’une plus grande variété d’appareils que jamais auparavant, ce qui mène un plus grand nombre de parents à chercher de l’aide pour savoir comment reprendre le contrôle du temps que leurs enfants passent devant un écran.

Pages