Faux que ça cesse : Pensée critique vs désinformation

Alors, comment savoir si l’on pense vraiment de façon critique?

Pose-toi trois questions :

1. Qu’est-ce que je pense ou crois déjà à ce sujet?

Nous prêtons attention aux choses qui correspondent à ce que nous pensons déjà être vrai. Ce n’est pas toujours une mauvaise chose : la science, la médecine et d’autres sujets font tous l’objet d’un consensus : ce que les experts estiment être le plus vraisemblable, sur la base de toutes les preuves trouvées jusqu’à présent.

Faux que ça cesse : Corriger la désinformation

Voici trois façons de réagir lorsque tu vois de fausses informations en ligne :

1. Poser une question

Si la fausse information provient d’un ami ou d’un membre de ta famille, ou si tu crains que ta réponse ne contribue à sa diffusion, tu peux simplement poser une question du type « Es-tu sûr que c’est vrai? » ou « Cette source est-elle fiable? ». 

Cela incitera la personne à réfléchir davantage à la véracité de ce qu’elle partage et montrera aux autres que tu n’es pas d’accord avec la mauvaise information.

J’ai des adolescents, mais jusqu’à tout récemment, ils n’avaient pas de comptes de médias sociaux (quoique je suppose que Discord peut compter comme tel).

Par le passé, ils ne s’y intéressaient pas vraiment, si ce n’est quelques demandes pour Snapchat et Instagram qui ont disparu presque aussi vite qu’elles ont été mentionnées. Mais récemment, mon aîné m’a de nouveau posé des questions au sujet d’Instagram et, au fil des conversations, le moment d’y acquiescer semblait logique.

Ma voix est plus forte que la haine, la plus récente ressource de HabiloMédias, utilise des outils de narration numérique et de création de mèmes pour encourager les jeunes à intervenir face à la haine en ligne.

Vous avez vu des fausses info? Dis quelque chose!

Tu as vu une fausse info? 

Que cette info soit un malentendu ou une exagération ou même un mensonge, la manière de répondre fait toute la différence. 

Fais partie de la solution. Dis quelque chose! 

Des études ont démontré que de communiquer un consensus scientifique sur un sujet donné peut constituer une stratégie utile dans la lutte contre la désinformation. Par exemple, une étude menée en 2015 révèle qu’un message favorable à la vaccination est plus susceptible d’être efficace s’il met l’accent sur le consensus médical concernant la sécurité des vaccins administrés aux enfants.

Après deux ans de pandémie COVID-19, il est plus évident que jamais que d’attaquer la question de la désinformation sur la COVID-19 devra se faire sous tous les angles possibles. Nous avons eu besoin de voix de confiance pour transmettre des messages forts, clairs et partageables dans les médias sociaux.

Peu de mots ont connu une ascension aussi fulgurante que le terme « algorithme ». Autrefois réservés aux mathématiciens ou aux informaticiens, les algorithmes font aujourd’hui l’objet de mises en garde de la part d’universitaires et de militants, de protestations de la part d’élèves et d’étudiants dont la vie et la carrière futures sont de plus en plus déterminées par des décisions algorithmiques, des personnifications et des personnalisations de la part d’apprenties vedettes sur YouTube, et sont considérés comme l’élément presque magique indispensable au succès de nouvelles plateformes comme TikTok.

#PourToi : Un jeu d’algorithmes

Dans le cadre de cette leçon, les élèves joueront au jeu de cartes éducatif #PourToi : Un jeu d’algorithmes et l’utiliseront pour comprendre le rôle que jouent les algorithmes, la collecte de données et l’apprentissage machine dans leur vie, et en discuter. Après avoir joué, ils analyseront le jeu comme un modèle de jeu sérieux, et concevront leur propre jeu sérieux pour communiquer certaines des notions qu’ils ont apprises dans le cadre de la leçon.

Français

Pages