Au cours de l’année dernière, nous avons travaillé fort pour conceptualiser une nouvelle marque qui définit clairement ce que nous sommes et ce que nous faisons. Travaillant avec l’équipe remarquablement créative de Brandworks International de Toronto, qui a fait don de beaucoup de temps et d’expertise, le personnel et les membres du Comité de planification stratégique ont consacré une bonne partie du printemps et de l’été à faire une présélection parmi les centaines de noms et d’images proposés.

Une affaire de fraude récente au Colorado touchant sur l’accès aux informations chiffrées est devenue une boîte de Pandore virtuel. Comme de fait, cette analogie n’est certainement pas la plus propice étant donné la situation actuelle. À l’heure présente, les procureurs américains cherchent de contraindre une femme à déchiffrer le disque dur de son ordinateur afin d’aider à la court dans leur poursuite contre elle. Ce cas illustre bien la tension qui existe entre la manière que nous percevons les nouvelles technologies et la réalité de comment elles fonctionnent. En plus, les polémiques touchant à ce sujet démontrent jusqu’à quel point la loi dépend de nos interprétations en ce qui concerne le monde du numérique. La décision du tribunal américain établira une jurisprudence qui pourra sans-doute avoir des implications au Canada. Ce qui rend cette situation tellement importante pour le domaine de la loi numérique c’est que ce sont nos propres perceptions culturelles erronées qui forment le soubassement de la crise légale.

Il y a de nombreuses manières de définir Internet, mais je dois vous avouer que je n’avais jamais songé à « empyrée immatériel fait d’octets ». Cette formule vient d’Antonio A. Casilli, un chercheur français (il est aussi socio-anthropologue, usager, sociologue de l’informatique) qui vient de publier Les liaisons numériques aux éditions du Seuil.

On la connait, l’image de l’océan et du petit poisson, qui illustre si bien le sentiment de nombreux francophones au pays : c’est l’histoire du p’tit francophone perdu dans un océan anglophone…

En tant que pédagogue oeuvrant pour l’éducation aux médias, je ne peux que me réjouir du fait que l’Ontario ait décidé d’inclure à son cursus scolaire des leçons sur la sécurité sur Internet.

La mission des écoles canadiennes est d’éduquer nos enfants de façon à leur permettre de prendre leur place de citoyen dans la société démocratique.

L’école a immédiatement perçu l’intérêt du Web pour l’aider à remplir sa mission éducative : Internet offre un accès facile à une quantité colossale d’informations. Cependant, une partie du Web continue à être proscrite des salles de classe : il s’agit du Web social, ce Web fait de blogues, de forums, ou encore de sites comme Facebook, Twitter ou YouTube.

Un homme à terre baignant dans une mare de sang, un enfant couvert de poussière pleurant son désespoir, des gens hagards, et des décombres partout ; façades éventrées d’immeuble, voitures défoncées, palais présidentiel disloqué, … voilà les images qu’on pouvait voir dans tous les médias ces derniers jours – si vous avez été épargné, c’est que vous n’étiez sans doute pas sur Terre.

L’industrie de la musique va mal. Et c’est la faute d’Internet.

Pourquoi ? A cause du partage de fichier ( « Peer to Peer », ou encore P2P) –la bête noire des maisons de disques.

La Journée sans achats, c’est le 27 novembre ! Lancée à l’initiative de la Media Fondation à Vancouver, la Journée sans achats est maintenant suivie dans le monde entier. Le mot d’ordre de la journée est de ne rien acheter et d’utiliser le temps ainsi libéré pour réfléchir à nos habitudes de consommation.

Si Internet a donné un nouveau terrain de chasse aux corporations et publicitaires, il a également ouvert un nouvel espace de convivialité et de coopération aux habitants du « village planétaire ». Wiki, GNU, Creative Commons, Copyleft, … autant de concepts qui sont nés du réseau dans le but d’en rendre l’aspect collaboratif plus libre.

Pages

S'abonner à RSS - Le blog de HabiloMédias