This year marks the 20th anniversary of Screen-Free Week (May 4th to 10th), and it’s striking to consider just how our relationship with screen media has changed in that time.

Que ce soit pour se préparer au futur marché de l’emploi ou simplement pour gérer les vies qu’ils mènent déjà en ligne, les jeunes Canadiens doivent avoir les compétences nécessaires en matière de littératie numérique. Mais qu’est-ce que la littératie numérique, et comment pouvons-nous nous assurer que tous les jeunes Canadiens acquièrent les compétences numériques dont ils ont besoin?

Whether it’s to prepare for the future job market or just to manage the lives they already lead online, young Canadians need to be digitally literate. But what exactly is digital literacy, and how can we ensure that all Canadian youth are learning the digital skills they need?

The last few weeks have shed an unprecedented light on the use of digital media to spread and inspire hatred. Michael Zehaf-Bibeau, the perpetrator in the attacks on Canada’s National War Memorial and Parliament buildings, appears to have been motivated in part by exposure to online postings by a self-described member of the Islamic state[1], and the Federal government has already stated that it intends to create tools to remove online content that promotes the “proliferation of terrorism.”[2]

Alors qu’Internet est de plus en plus central dans nos vies, nos identités en ligne et hors ligne sont de moins en moins indissociables. Alors qu’Internet était autrefois un endroit où personne ne savait qui nous étions et où nous vivions une « deuxième vie » sous un avatar personnalisable, nous naviguons aujourd’hui le Web surtout sous notre véritable visage.

As the Internet has become more and more central to our lives, our online and offline identities have become less and less separate. Where the Internet was once a place where nobody knew we were dogs and we lived Second Lives as customizable avatars, today we mostly surf the Web as ourselves.

La télévision, la musique et les films font partie intégrante de la vie des jeunes depuis des générations, et Internet n’a fait qu’intensifier la situation en nous les offrant directement dans nos foyers, légalement et illégalement.

TV, music and movies have been a central part of young people’s lives for generations, and the Internet has only intensified that by delivering all of those directly to our homes – legally and illegally.

he beginning of another school year is here, and as it does many parents are beginning to wonder how they can help their kids ease out of summertime media habits. In addition to having to establish new rules for media use, parents may also face a barrage of requests and questions from their kids regarding digital technology, such as: Am I old enough to have a cell phone? Can I bring it to school? How about my iPod? What about Facebook or Twitter – all my friends are on them, I need to use them to talk about my homework!

Le début d’une nouvelle année scolaire approche à grands pas et de nombreux parents commencent à se demander comment ils peuvent aider leurs enfants à se débarrasser de leurs habitudes d’été liées aux médias. En plus de devoir établir de nouvelles règles pour l’utilisation des médias, les parents peuvent aussi faire face à un déluge de demandes et de questions de la part de leurs enfants au sujet de la technologie numérique, telles que les suivantes : Suis-je assez vieux avoir un téléphone cellulaire? Puis-je l’apporter à l’école? Qu’en est-il de mon iPod? Qu’en est-il de Facebook ou Twitter – tous mes amis y sont inscrits, j’en ai besoin pour leur parler de mes devoirs!

Pages

S'abonner à RSS - Le blog de Matthew Johnson