Peu de questions reflètent notre anxiété concernant les jeunes et les médias sociaux comme le sextage. Comme pour les technologies qui remontent au moins au télégraphe, une grande partie de cette anxiété concerne précisément les filles et les femmes, ce qui est logique dans une certaine mesure : bien que les garçons et les filles envoient des sextos à peu près dans les mêmes proportions et que les sextos envoyés par les garçons soient plus susceptibles d’être transférés, il est vrai que la société désapprouve davantage les filles qui envoient des sextos et, par conséquent, que le tort qui leur est fait est plus grand lorsque des sextos qu’elles ont envoyés rejoignent un public plus élargi que prévu.

De la tablette à la télévision, les médias exercent une énorme influence sur la perception que nous avons de nous-mêmes et du monde. Et c’est probablement dans la question du genre que cette affirmation prend vraiment tout son sens. En effet, les médias sont bien souvent à l’origine de notre idée de ce que « sont » les hommes et les femmes, des comportements que nous voulons reproduire ou, au contraire, éviter, et des modèles que nous souhaitons imiter pour remplir le rôle de genre qui nous a été attribué.

Si vous n’avez pas vu l’histoire de la « princesse hot dog » qui circule sur Internet, je vous suggère de lire cet article de BuzzFeed. Lors de la « semaine des princesses » du cours de danse d’Ainsley, 5 ans, elle a décidé de porter un costume de hot dog. En tant que parent, c’est le genre d’impertinence juvénile que j’appuie. Après tout, il s’agissait d’une princesse qui savait vraiment qui elle était, une princesse pas comme les autres princesses, une « princesse hot dog » (#hotdogprincess).

Partout dans le monde, le 8 mars est la Journée internationale de la femme, une journée visant à reconnaître les réalisations des femmes ainsi que les inégalités auxquelles les femmes font face. Cette année, le thème des Nations Unies est Planète 50-50 d’ici 2030 : Franchissons le pas pour l’égalité des sexes, portant sur le Programme de développement durable d’ici 2030 des Nations Unies. Le thème de Condition féminine Canada – #légalitécesttoi – traite également de la parité hommes-femmes.