Un homme à terre baignant dans une mare de sang, un enfant couvert de poussière pleurant son désespoir, des gens hagards, et des décombres partout ; façades éventrées d’immeuble, voitures défoncées, palais présidentiel disloqué, … voilà les images qu’on pouvait voir dans tous les médias ces derniers jours – si vous avez été épargné, c’est que vous n’étiez sans doute pas sur Terre.

Avec avril, voici revenue « la semaine sans télé », une semaine particulièrement suivie dans les écoles québécoises, où certaines ont même courageusement élargi le défi à dix jours, et à tous les écrans (ordinateur, Game Boy, etc…). Car force est de constater que, même si le visionnement de la télévision décline, depuis quelques années, c’est aux dépens d’autres écrans.

La télé-réalité est un enfant du siècle : c’est le 30

Administré par le Conseil canadien des normes de la radiotélévision,

Imaginez que vous entendiez des propos que vous trouviez choquants, à la radio où

Pages