En général, nous pensons que la vie en ligne de nos enfants est bien différente de leur vie hors ligne. En réalité, ces deux vies se chevauchent constamment, alternant d’une part les rencontres en personne dans la cour de l’école et d’autre part les textes et les réseaux sociaux à la maison. Sur Internet, par contre, il y a beaucoup de décisions éthiques et morales à prendre qu’on ne retrouve pas hors ligne.

Les technologies nous rapprochent-elles ou nous éloignent-elles? Lorsqu’il s’agit de la télé et des médias numériques, ces deux options peuvent très bien être valables.

Dans un mot-clic, obscurément : Comment #Ottawapiskat a changé la donne quant à la couverture médiatique des questions autochtones Au cours des derniers mois, le mouvement Idle No More (jamais plus l’inaction) est arrivé à attirer l’attention nationale sur les enjeux des autochtones. Cela s’explique en grande partie par l’utilisation de Twitter par le mouvement, au moment où #IdleNoMore était un sujet chaud au Canada comme à l’international.

Que cela vous plaise ou non, si vous utilisez Internet, vous avez une identité en ligne. C’est ce que certains appellent votre « marque ». Qu’est-ce qu’une marque?

Il y a de nombreuses manières de définir Internet, mais je dois vous avouer que je n’avais jamais songé à « empyrée immatériel fait d’octets ». Cette formule vient d’Antonio A. Casilli, un chercheur français (il est aussi socio-anthropologue, usager, sociologue de l’informatique) qui vient de publier Les liaisons numériques aux éditions du Seuil.

Pages