C’est la Semaine éducation médias

Andrea Tomkins

C’est la Semaine éducation médias! Il s’agit en fait de la 10eSemaine éducation médias annuelle, laquelle se déroule du 2 au 6 novembre. Si vous lisez ceci, vous êtes probablement déjà familier avec l’éducation aux médias.

En tant que blogueuse, et dans ma vie de tous les jours comme mère de deux adolescentes, je parle à un grand nombre de parents de cette chose appelée l’éducation aux médias. Je ne suis pas tout à fait certaine que tous comprennent ce que cela signifie, mais lorsque je l’explique, j’observe de nombreux hochements de tête et bon nombre d’entre eux sont d’accord. Au bout du compte, l’éducation aux médias signifie donner aux jeunes des aptitudes à la pensée critique qui peuvent les aider à s’engager avec les médias en tant que cybercitoyens actifs et informés.

Notre famille a récemment fait de l’exploration archéologique (bon, d’accord, nous défaisions des boîtes au sous-sol) et nous avons découvert un vestige de ma jeunesse : un bon vieux tourne-disque. Mon mari l’a branché, puis nous nous sommes mis à fouiller dans des piles de vieux disques. Mes filles ont immédiatement trouvé les bandes originales des films Grease et The Sound of Music. Nous avons également fait jouer le groupe ABBA, deux fois, et alors que je me promenais dans la maison, chantant chaque mot de chaque chanson de cet album, je me suis rappelé son importance pour moi à l’époque : couchée sur le plancher, examinant chaque détail de la couverture du disque, de l’avant à l’arrière, et scrutant les notes de la doublure. Le rituel de retirer l’album de sa pochette, de le placer sur le tourne-disque et d’abaisser l’aiguille en place, c’était quelque chose!

Cela pourrait sembler une vague de mélodrame adolescent, mais la musique était essentielle à mon existence. Je suis sûre que mes albums favoris horrifiaient mes parents (Depeche Mode, The Smiths, The Cure), mais la musique était toute ma vie, et même si la consommation de cette musique était souvent une aventure solitaire, elle me liait à mes amis, et à ma génération, d’une façon importante.

C’est une chose à laquelle je pense alors que je regarde mes filles grandir dans une ère numérique. Je m’efforce constamment de comprendre l’impact et leur place dans le monde des médias technologiques et sociaux. La musique est encore une référence (et comme mes parents avant moi, il y a certainement de la musique moderne que je ne peux pas supporter), mais il y a aussi Netflix, Snapchat, Instagram et apparemment une centaine d’autres outils, sites Web et canaux qui occupent une grande place dans leur vie. Et il semble y avoir quelque chose de nouveau à tous les tournants. J’ai de la difficulté à trouver un équilibre, mais je sais que c’est important pour eux, tout comme la musique était importante pour moi. Lorsque j’y pense vraiment, les questions que je me pose ne sont probablement pas bien loin de ce pour quoi mes propres parents s’inquiétaient : Combien de temps passé à l’écran est exagéré? Dorment-elles suffisamment? Refont-elles les circuits de leur cerveau de la mauvaise façon? Apprennent-elles tout ce qu’elles ont besoin de savoir pour être de bonnes citoyennes du monde? Toute cette technologie aide-t-elle ou nuit-elle à leur croissance? (Moi qui croyais que la petite enfance allait être difficile! J’avais tellement tort!)

Les moments les plus difficiles comme parent sont susceptibles de se produire au moment le plus inopportun. Nous aurons du poulet cru jusqu’aux coudes lorsque notre petit arrivera de nulle part pour nous demander comment les bébés sont faits. Le fond du sac à ordures défoncera lorsque notre préadolescente nous dira que son amie a envoyé une photo d’elle semi-nue à un garçon de leur classe, ou que quelqu’un qu’elle ne connaît pas a demandé à être son ami sur Facebook. Le pire scénario : nous balbutierons, nous ne serons pas prêts, et nous dirons à nos enfants que nous serons heureux d’en parler dès que nous nous serons débarrassés du jus de poulet sur nos mains. Mais voilà, si nous essayons de comprendre les problèmes avant qu’ils surviennent, nous pourrons mieux guider nos enfants quand viendra le temps.

En tant que parents, nous ne pouvons que faire de notre mieux avec les ressources qui sont disponibles. Il est très facile d’être dépassé ou de vouloir s’enfouir la tête dans le sable et de croiser les doigts et d’assumer que tout ira bien pour nos enfants, mais je ne crois pas que ce soit la meilleure approche.

Même si nous sommes très occupés, nous avons le temps en réalité. Nous pouvons trouver un moment pour parler à nos enfants de ce que cela signifie d’être une bonne personne, autant en ligne que hors ligne. Nous avons le temps de guider tranquillement nos enfants et d’expliquer pourquoi il est important de protéger sa vie privée en ligne, par exemple, ou de penser à ce que nous partageons sur nous-mêmes en ligne et de respecter les autres ce faisant. Ce n’est pas nécessaire d’en faire un sermon non plus. Nous pouvons parler de ces choses dans la voiture en chemin vers la pratique de soccer, en préparant le déjeuner le matin, ou autour de la table au dîner.

Nous avons Internet. Et je parle évidemment d’autre chose que simplement les vidéos drôles de chats qui restent pris dans les boîtes de souliers. Nous pouvons utiliser Facebook pour demander à notre groupe de pairs leur façon de gérer les médias à la maison. Nous pouvons demander des conseils et du soutien. (Il faut tout un village, après tout!) Et il est plus facile que jamais de trouver des ressources en ligne créées par des experts en la matière, et nous n’avons donc pas besoin de faire tout le travail nous-mêmes. HabiloMédias a créé des ressources bilingues gratuites qui peuvent être utilisées par tous, autant les parents, les jeunes, les enseignants que les fournisseurs de soins, que ce soit à la maison, à l’école ou dans la collectivité. Elles nous donnent de bonnes stratégies, et matière à réflexion, alors que nous traversons le monde dans lequel nous vivons présentement.

Le thème de la Semaine éducation médias de cette année est Le respect dans un monde numérique. Opportun, n’est-ce pas? Une fois que nos enfants auront cette base, ils seront mieux équipés pour utiliser tous les outils ou la technologie qui les guettent.

C’est le bon moment pour jeter un coup d’œil aux nouveaux ateliers et activités qui ont été lancés en préparation de la Semaine éducation médias 2015. Ils ont été élaborés grâce aux plus récentes recherches et aux résultats de sondages réalisés auprès de parents et de jeunes, et sont conçus pour encourager les jeunes à donner le meilleur d’eux‑mêmes, autant en ligne que hors ligne.

Ajouter un commentaire