Il n’est pas toujours facile de discerner quand un contenu haineux publié sur Internet passe d’offensant à carrément illégal. La frontière est souvent mince entre liberté d’expression et propos haineux. D’ailleurs, la définition de ce qui est acceptable ou non d’exprimer et de diffuser varie d’un pays à l’autre. Sur Internet, la ligne est encore plus mince, et un commentaire haineux affiché légalement dans un pays peut être considéré illégal dans des pays où les critères sont plus rigoureux.

La réponse conventionnelle du gouvernement face à la propagande haineuse sur Internet a été de contrôler le cyberespace comme un prolongement du territoire de l’État, en ignorant la ligne de démarcation entre l’espace « en ligne » et « hors ligne ».

La haine en ligne peut entraîner des impacts de trois façons interdépendantes :

  • le tort subi par les victimes, découlant soit d’un harcèlement personnel ou d’une expérience hostile dans les espaces virtuels;
  • les risques de radicalisation, de sympathie à la cause et d’éventuel militantisme;
  • l’impact qu’elle provoque sur les valeurs et la culture des espaces virtuels dans lesquels elle se manifeste.

Conseils de sécurité par âge (11 à 13 ans)

Le passage de la préadolescence à l’adolescence est une période de changements rapides dans la vie des jeunes. Ils ont encore besoin de leurs parents, mais veulent plus d’indépendance, accordent plus d’importance aux relations avec leurs amis et s’intéressent davantage aux réalités sociales qui les entourent.

Le droit d’auteurInternet a révolutionné la façon dont nous écoutons et accédons à la musique. Le développement des MP3 a facilité le téléchargement de la musique en ligne, ce qui a mené à l’établissement de détaillants de musique en ligne tels qu’iTunes, les services de diffusion en mode continu, les stations de radio internet, ainsi que les sites et programmes de partage de fichiers.

Le partage de vidéo est un phénomène mondial : selon YouTube, 20 heures de vidéo sont postées sur ce site toutes les minutes, et un milliard de vidéos sont visionnées chaque jour. Ce type de sites est immensément populaire auprès des jeunes, qui les utilisent massivement en tant que spectateurs. Une modeste proportion de jeunes postent également régulièrement des vidéos en ligne – 15 pour cent (sur des sites de partage vidéo ou ailleurs), selon une étude canadienne.

Le réseautage social est l’une des activés en ligne les plus populaires au Canada : selon l’étude Canada en ligne !, 40 pour cent des canadiens, tous âges confondus, utilisent un site de réseautage social. Et Facebook est de loin le plus populaire de ces sites, avec plus de sept millions d’adhérents canadiens actifs.

Les jeunes de 12 à 24 ans sont les plus grands utilisateurs de téléphones cellulaires au Canada. Selon le Project Teen Canada, 54 pour cent des adolescents utilisent leur téléphone quotidiennement.

L’énorme richesse informationnelle que renferme Internet n’a pas échappé aux écoles, qui n’hésitent pas à envoyer les élèves sur le Web pour y faire de la recherche : selon une étude réalisée en 2009, 72 pour cent des enseignants donnent des devoirs impliquant l’utilisation d’Internet. Cependant, cette incitation à utiliser Internet n’est pas forcément précédée d’une formation sur la façon de rechercher sur le Net. Il est donc important pour les parents de pouvoir guider leurs enfants lorsqu’ils doivent faire des recherches en ligne.

Un blogue est un site qui rassemble des billets, c’est-à-dire des textes plus ou moins longs sur un sujet donné, publiés au fil du temps, et auxquels les lecteurs peuvent réagir par le biais de commentaires – les commentaires sont la spécificité du blogue par rapport au site Web.

Pages