Exploitation sexuelle - Aperçu

Adolescents et préadolescents sont à un âge où ils commencent à découvrir leur sexualité. Parallèlement ils sont aussi extrêmement actifs sur le Web social – aussi appelé Web 2.0. Ils utilisent Facebook, discutent dans les bavardoirs ou les mondes virtuels comme Second Life ou World of Warcraft.

Il est donc inévitable que la sexualité soit un thème qui émerge dans leurs échanges en ligne. D’ailleurs, beaucoup de jeunes se sentent plus à l’aise en ligne pour flirter que lorsqu’ils sont face à face. Mais même si ces comportements sont naturels du point de vue développemental, ils ne sont pas sans risques du fait qu’ils se déroulent dans le monde globalement connecté et anonyme d’Internet.

Une récente étude a questionné les jeunes sur tous les cas de sollicitations sexuelles dont ils ont été la cible (et non seulement les cas rapportés à la police) : il s’est avéré que moins de 10 pour cent de ces sollicitations émanaient d’adultes de plus de 21 ans. La plupart provenaient de personnes proches de ces jeunes en âges. Bref, la majorité des sollicitations sexuelles en ligne se font entre jeunes.

De récentes recherches ont montré que tous les jeunes ne courent pas les mêmes risques en ligne, et toutes les activités en ligne ne comportent pas le même niveau de danger. Il existe certaines caractéristiques et activités en ligne qui constituent des « facteurs de risque » – indiquant qu’une personne est susceptible de prendre des risques en ligne, et d’être la cible de sollicitations sexuelles. Beaucoup de ces facteurs sont les mêmes que ceux qui permettent d’identifier les jeunes à risque hors ligne. La majorité de ces facteurs ne sont pas en eux-mêmes une indication qu’un jeune est en danger ; c’est la combinaison de ces caractéristiques ou activités (à partir de trois) qui indiquera la vulnérabilité d’un jeune aux sollicitations sexuelles en ligne.

Pour de plus amples informations sur les facteurs de risque en matière de sollicitation sexuelle en ligne, voyez la section Cyberprédateurs.