Peu de questions reflètent notre anxiété concernant les jeunes et les médias sociaux comme le sextage. Comme pour les technologies qui remontent au moins au télégraphe, une grande partie de cette anxiété concerne précisément les filles et les femmes, ce qui est logique dans une certaine mesure : bien que les garçons et les filles envoient des sextos à peu près dans les mêmes proportions et que les sextos envoyés par les garçons soient plus susceptibles d’être transférés, il est vrai que la société désapprouve davantage les filles qui envoient des sextos et, par conséquent, que le tort qui leur est fait est plus grand lorsque des sextos qu’elles ont envoyés rejoignent un public plus élargi que prévu.

À l’aide! Quelqu’un a partagé une photo de moi sans mon consentement! – Fiche-conseil

Ne panique pas! Tu peux prendre plusieurs mesures pour corriger la situation.

Un guide pour les adultes de confiance est inspiré des conversations que la YWCA a eues avec des filles et des jeunes femmes canadiennes à propos de leurs inquiétudes et des questions auxquelles elles font face en ligne et dans les réseaux sociaux et à propos du soutien auquel elles s’attendent des adultes dans leur vie. 

Vous pouvez librement imprimer et afficher ces affiches dans vos écoles, vos bibliothèques et dans vos centres communautaires.

En 2015, HabiloMédias et PREVNet ont mené une étude (financée par TELUS) auprès d’élèves canadiens afin de savoir comment offrir aux jeunes de meilleurs conseils et un meilleur soutien lorsqu’ils sont témoins de cyberintimidation. Cette recherche, intitulée Les expériences de la cyberintimidation des jeunes Canadiens, visait à découvrir trois choses : quels sont les obstacles à l’intervention des témoins de la cyberintimidation, quelles sont les mesures incitatives qui augmenteraient la probabilité d’intervention, et quelles interventions sont plus ou moins susceptibles d’avoir des répercussions positives.

Agis! Comment avoir une influence positive quand tu es témoin de cyberintimidation

Dans cette leçon, les élèves discutent des raisons qui pourraient les faire hésiter à intervenir lorsqu’ils sont témoins de cyberintimidation et trouvent des façons d’aider qui n’envenimeront pas la situation. Puis, à l’aide de scénarios et de l’outil interactif Agis! Comment avoir une influence positive quand tu es témoin de cyberintimidation, ils décident de ce qu’ils feraient s’ils étaient témoins d’intimidation et partagent leurs idées afin de comprendre l’importance de bien réfléchir avant d’agir. 

Français

Quoique de nombreux parents, qui ont connu les railleries seulement dans la cour d’école et non sur les réseaux sociaux, puissent se sentir dépassés lorsqu’ils doivent faire face à un problème de cyberintimidation, ils jouent toutefois un rôle très important en aidant leurs enfants à savoir comment agir dans ce nouvel environnement.

La façon dont tu réagis à la cyberintimidation peut grandement aider

Pose-toi les questions suivantes.

  • Est-ce que je laisse aller les choses parce que je ne crois pas que je puisse faire quoi que ce soit pour aider? En fait, ce que tu fais est très important. Ce que les témoins font à propos de l’intimidation est en réalité l’un des facteurs les plus importants pour déterminer dans quelle mesure la victime est blessée par la situation et peut contribuer grandement à la création d’espaces virtuels positifs.

Le fait de ne pas réagir à la cyberintimidation peut blesser tout autant que la cyberintimidation elle même

Pose-toi les questions suivantes.

Une plaisanterie peut blesser quelqu’un

Souvent, les enfants diront qu’il ne s’agit pas d’intimidation, mais seulement d’une plaisanterie. En réalité, il s’agit de la principale raison d’être méchant en ligne. À d’autres moments, les gens minimiseront la gravité de la situation.

Pages