Incidence des faux renseignements sur le processus démocratique

Dans cette section, vous trouverez :

Il est essentiel au processus démocratique d’avoir des électeurs renseignés mais dans notre environnement médiatique actuel, il peut être difficile de séparer les faits de la désinformation. Cette section explorera l’interprétation critique des actualités politiques et électorales, comment en être un consommateur plus actif et plus engagé, et comment repérer les faux renseignements.

Il est important d’aborder de façon critique les nouvelles électorales et politiques en général, et ce, pour trois raisons.

Le journalisme a été décrit comme le moteur de la démocratie[1], et les élections, de même, ont longtemps été le gagne-pain des journalistes. Cependant, la relation entre les deux a toujours été tendue. Même Thomas Jefferson, un ardent défenseur de la liberté de presse, a dit, alors qu’il était président, que rien de ce qui est publié dans les journaux n’est crédible et que la vérité elle‑même devient douteuse lorsqu’elle est présentée par un tel vecteur pollué.

Bien qu’il y ait un débat sur la façon dont la désinformation politique atteint la majorité des électeurs[2], la capacité des réseaux sociaux et des moteurs de recherche d’afficher des publicités ciblées signifie qu’il est davantage probable qu’elles atteignent des personnes qui y seront sensibles.

  1. Élargir son appétit pour les actualités. La chose la plus importante à faire est probablement de vous assurer que vous ne recevez pas uniquement des actualités qui confirment ce que vous croyez déjà. Parallèlement, il est important de ne pas « exagérer » en consultant des sources qui ont un parti pris totalement à l’opposé du vôtre, ce qui vous mettra presque assurément en colère et renforcera vos opinions actuelles. Comme l’indique Eli Pariser, auteur de l’ouvrage The Filter Bubble : « Nous avons tendance à aller dans la direction complètement opposée.