Représentation de la religion dans les médias - Le judaïsme

On assiste aujourd’hui à une résurgence de l’antisémitisme dans les médias populaires, et ce, non seulement au Canada mais aussi à l’échelle planétaire. Bien qu’il compte la quatrième plus importante communauté juive du monde, le Canada ne fait pas partie des pays où l’antisémitisme a augmenté le plus considérablement.

Le premier ministre Stephen Harper a néanmoins reconnu que la violence envers les juifs constituait un problème significatif dans notre pays [1]. Afin de s’opposer à cette résurgence antisémite par la tolérance et l’acceptation, il est essentiel de reconnaître les stéréotypes et les représentations fausses véhiculés par les médias auxquels fait face la communauté juive.

Les médias accolent habituellement aux juifs les étiquettes suivantes : « incroyablement riches », « mesquins », « méchants », « immoraux », « sans éthique ». Des exemples de ces stéréotypes se retrouvent dans différentes formes de médias, allant du Howard Wolowitz sans scrupules de The Big Bang Theory au Andy Botwin perverti de la télésérie Weeds. Les juifs sont souvent dépeints comme contrôlant les médias du monde entier et utilisant ces médias pour faire de la propagande religieuse. En 2002, notamment, le New Statesman a publié un article intitulé « A Kosher Conspiracy ? » [2], suggérant que les juifs contrôlaient les médias. En outre, 48 millions d’Américains croient que les juifs contrôlent les médias de la planète [3]. Parallèlement à ces clichés à connotation négative, il existe des stéréotypes positifs voulant que les juifs soient « intelligents ». À preuve dans Le Trotsky de Jacob Tierny, où le personnage principal, Léon Bronstein, un activiste étudiant qui se pense la réincarnation de Léon Trotsky, est juif. Sa mère est aussi une représentation du stéréotype de la mère juive (fierté excessive, extrêmement maternelle, abusant la culpabilisation, etc). En plus, le père de Léon est un capitaliste avare qui est patron d’un moulin de textiles. Même si certains stéréotypes n’e sont pas totalement négatives, ils ne sont pas de toute façon moins dommageable puisqu’ils contribuent à déformer l’opinion publique sur une minorité sociale [4]. En réalité, les juifs peuvent être riches ou pauvres, intelligents ou moins intelligents, gentils ou pas. Il est important, compte tenu des antécédents d’antisémitisme mondial, que le judaïsme soit représenté d’une manière sensée afin de ne pas encourager ces idées préconçues.

Le traitement du discours israélo-palestinien dans les médias populaires, mais plus particulièrement dans les médias d’information, constitue un sujet très controversé auquel fait face la communauté juive. Seul État du monde à majorité juive, Israël a connu sa part de conflits principalement avec les Palestiniens islamiques. Les médias canadiens ont traditionnellement été incités par le lobby israélien du Canada à présenter les reportages sur Israël d’une façon positive. Contrairement aux groupes de pression juifs, les lobbys israéliens n’ont pas à négocier les politiques identitaires propres à une communauté religieuse : Israël se définit comme un État distinct à identité juive par opposition au judaïsme lui-même. Ce lobbying a porté ses fruits car de nombreux membres des médias canadiens s’identifient maintenant comme des alliés d’Israël [5].

Les médias nord-américains ont cependant récemment fait l’objet de critiques. Différentes études ont révélé que certains organes de presse canadiens affichaient un parti pris contre la Palestine en ayant tendance à présenter les Palestiniens comme des terroristes [6]. On les a aussi accusés de traiter le débat nord-américain entourant Israël et la Palestine en des termes mettant Israël et le judaïsme sur le même pied [7]. Associer Israël au judaïsme est problématique car le fait de sympathiser avec la Palestine devient automatiquement un geste antisémite.

 


[1] Schaler, J., & Simon, R. (2007). Anti-Semitism the world over in the twenty-first century. Current Psychology, 26(3-4), 152-182.
[2] Sewell, D. (2002, January 14). New Statesman - A Kosher Conspiracy?. New Statesman - Britain’s Current Affairs & Politics Magazine. http://www.newstatesman.com/200201140009
[3] Michael, R. (2005). A concise history of American antisemitism . Lanham: Rowman & Littlefield.
[4] Anti-Defamation Commission, Inc. (2008). Antisemitic Stereotypes. B’nai B’rith Anti-Defamation Commission Inc.. Accéder : 4 février 2011. http://www.antidef.org.au/www/309/1001127/displayarticle/
1012009.html
[5] Whitaker, R. (2004). ‘Israel is the new Jew’: the Canadian Israeli Lobby Today. Studies in Political Economy, 74, 191-213.
[6] Fisk, R. (2002). Journalists Are Under Fire for Telling the Truth. The Independent. Accéder : 1 février 2011. http://www.independent.co.uk/opinion/commentators/fisk/robert-fisk-journalists-are-under-fire-for-telling-the-truth-611311.html; Moiseiwitsch, C., & Murray, G. (2008). CanWest Huffs and Puffs While Free Speech Burns. Straight.com: Vancouver’s Online Source. Accéder : 1 février 2011. www.straight.com/article-153833/canwest-huffs-and-puffs-free-speech-burns; Austen, I. (2004). Reuters Asks a Chain to Remove Its Bylines. The New York Times.
http://www.nytimes.com/2004/09/20/business/media/20reuters.html?_r=2
[7] Whitaker, 2004.

Trousse éducative – diversité et médias

La Trousse éducative – diversité et médias est une ensemble de ressources conçues pour les enseignants, les élèves, les corps policiers et le grand public ; on y aborde des sujets brûlant d’actualité comme la haine, les préjugés et les stéréotypes véhiculés dans nos médias et sur Internet. Ce programme comprend des tutoriels de perfectionnement professionnel, des leçons, des activités pédagogiques pour l’élève et des documents d’accompagnement.

Pour plus d’information