Un guide pour les adultes de confiance est inspiré des conversations que la YWCA a eues avec des filles et des jeunes femmes canadiennes à propos de leurs inquiétudes et des questions auxquelles elles font face en ligne et dans les réseaux sociaux et à propos du soutien auquel elles s’attendent des adultes dans leur vie. 

Savourer ton indépendance tout en faisant preuve de prudence en ligne : un guide pour la vie en ligne pour les étudiants post-secondaires accompagne les jeunes adultes alors qu’ils font l’expérience des libertés et des défis de la vie après le secondaire.

Relations en ligne : Respect et consentement

Dans cette leçon, les élèves utilisent des arbres conceptuels pour explorer les concepts de « respect » et de « consentement » dans un contexte virtuel. Ils considèrent une vaste gamme de scénarios qui font la lumière sur différents aspects du consentement relativement aux médias numériques et misent sur ceux-ci pour créer une définition détaillée. Aussi, les élèves créeront une vidéo « explicative » dans laquelle ils illustrent l’un des aspects du consentement.

Français

Les parents, les écoles et la loi essaient de trouver la meilleure façon de réagir à ce problème. Aux Etats-Unis, la pratique du sexto a valu à certains jeunes des inculpations pour pornographie infantile.

L’étude Jeunes Canadiens a révélé que le sextage comporte d’autres différences intéressantes selon les sexes.

Mis à part le fait que le sextage fait partie d’un ensemble de comportements à risque, peu de preuves indiquent que l’envoi de sextos soit à lui seul un acte risqué; ainsi, une étude réalisée aux États-Unis auprès d’étudiants de niveau universitaire a révélé qu’un grand nombre d’entre eux ont fait état d’expériences positives.[1] Le danger survient en général lorsqu’il y a partage ou transmission des sextos.

Le sextage – et, surtout, nos préoccupations à cet égard – est souvent dépeint comme étant un phénomène touchant essentiellement les filles; il peut donc être surprenant de constater que, selon  l’étude Jeunes Canadiens, les garçons et les filles sont tout aussi susceptibles d’envoyer des sextos d’eux-mêmes.

Le sexto est utilisé par les jeunes dans trois contextes typiques : comme un substitut à l’activité sexuelle chez des jeunes qui ne sont pas encore actifs sexuellement (généralement à la fin du primaire et au début du secondaire), comme marque d’intérêt amoureux envers une personne avec laquelle on souhaite nouer une relation amoureuse, et comme une partie de la relation amoureuse chez les adolescents sexuellement actifs : s’échanger des photos dénudées est une preuve de son engagement envers l’autre.

Pages