Fiche-conseil

Comment s’opposer à la haine en ligne – fiche-conseil

Fiche-conseil

Fiche-conseil: 

La plupart des jeunes  sont témoins de haine et de préjudices en ligne, et la plupart d’entre eux disent qu’il est important d’intervenir. Mais que tu aies vu une vidéo contenant des théories du complot racistes ou un ami partager un mème offensant, il peut être difficile de savoir quoi faire.

« Mon père m’a toujours dit que si on avait l’occasion d’aider quelqu’un, on devait le faire. »

Il est surtout important de savoir que tu peux faire une différence. Beaucoup d’enfants croient que personne ne les écoutera s’ils en parlent, mais en fait, nous nous faisons une idée de ce qui est normal et approprié dans une communauté à partir de ce que les gens présents disent et font. Par exemple, dans un espace virtuel comme un réseau social ou un jeu vidéo, nous écoutons généralement ceux qui font le plus de bruit, ce qui signifie donc que lorsque nous exprimons une opinion, nous pouvons influencer les idées des autres quant aux comportements qui sont appropriés. Cela signifie aussi que si nous ne donnons pas notre opinion, nous laissons ceux qui s’expriment le plus fort décider de ce qui est acceptable dans notre communauté, même si la plupart de ses membres ne sont pas d’accord.

Il est important d’être la première personne à exprimer son opinion, mais aussi d’être la deuxième. Être la première personne à s’exprimer peut inciter les gens à voir qu’il est approprié pour eux aussi de le faire. Et être la deuxième à le faire peut aider la première personne à se sentir épaulée, ce qui peut aussi encourager les autres à intervenir. Chaque fois que tu exprimes ton opinion, tu incites les autres à faire de même la prochaine fois.

« Je ne veux pas attirer l’attention sur moi-même. Je ne veux pas devenir une victime parce que je donne mon opinion. »

Parfois, tu pourrais ne pas te sentir en sécurité de t’exprimer ou tu pourrais craindre d’empirer les choses pour quelqu’un d’autre, ce qui est logique, surtout lorsque les commentaires étaient blessants.

Voici quelques mesures d’opposition qui n’empireront probablement pas la situation, ni pour toi ni pour quelqu’un d’autre.

  • Change le sujet. À tout le moins, tu montres que tu n’es pas d’accord avec ce qui a été dit ou publié.
  • Pose une question, comme « Je ne comprends pas. Que veux-tu dire? », afin que l’auteur du préjudice retire ses paroles, dise ce qu’il pense vraiment, ou change lui-même de sujet.
  • Si tu crois que quelqu’un pourrait avoir été blessé, fais-lui savoir en privé que tu n’es pas d’accord avec ce qui a été dit.
  • Fais une capture d’écran (consulte le site www.take-a-screenshot.org/) au cas où tu voudrais plus tard  signaler l’incident à la plateforme (ou que quelqu’un d’autre voudrait le faire).
  • Ne participe pas. Tu peux décider de ne pas aimer ni partager des choses avec lesquelles tu n’es pas d’accord. Tu peux aussi quitter la conversation chaque fois que des gens publient ou partagent du contenu haineux ou stéréotypé.

« Le problème, c’est de reconnaître un incident lorsqu’il a lieu. Trop souvent, tout se passe vite et tout est fini avant de réaliser ce qui vient de se passer. »

Tu n’as pas à intervenir immédiatement. Prends plutôt quelques secondes pour réfléchir à ta réponse. Fais une « pause mentale » et demande-toi ce qu’est la bonne chose à faire.

« Parfois, mes amis disent qu’ils ne font que des blagues, mais le mal est fait et ils font marche arrière pour justifier ce qu’ils voulaient vraiment dire. »

La plupart des enfants sont d’accord pour dire que la haine et les préjugés en ligne blessent leurs sentiments, même s’ils n’en sont pas la cible.

Parfois, les gens vont agir comme s’ils n’étaient pas blessés, parce qu’ils ne veulent pas admettre avoir été affectés. .

Même si personne n’est blessé au moment où les propos haineux sont prononcés, la situation crée un espace où les gens qui seraient blessés ne se sentent pas les bienvenus.

« C’est mon meilleur ami qui a dit quelque chose de troublant. »

Il peut être très difficile de s’opposer aux préjugés lorsqu’ils viennent des personnes qui sont proches de toi, mais ils sont en fait ceux qui sont les plus susceptibles de t’écouter. Il est donc extrêmement important d’intervenir en disant quelque chose.

« Je crois que nous sommes tous coupables de le faire de temps à autre. »

Lorsque tu veux t’opposer à la haine en ligne, tu devrais présumer que la personne responsable n’avait pas l’intention de faire mal. Ne le critique pas et ne le blâme pas.

Même si tu crois qu’il tentait vraiment de blesser sa victime, il ne sert à rien de se fâcher.

Parle plutôt du message : pourquoi il est inapproprié, pourquoi il est blessant, et pourquoi tu n’es pas d’accord.

« La plupart des joueurs veulent jouer et avoir du plaisir, pas proférer des insultes raciales qui vont gâcher la partie. »

Tu ne dois pas croire qu’il faut gagner chaque argument pour faire une différence.

Peu importe ce que tu dis ou fais, il se pourrait que l’autre personne ne change pas d’avis.

Le plus important est de faire passer un message à tous les autres en disant que c’est inacceptable.

« Je crois qu’ils n’essaient pas toujours  d’exprimer des préjugés : ils croient seulement qu’ils sont drôles. »

Personne ne veut être celui qui prend une blague trop au sérieux. Tu peux plutôt répondre à l’humour par l’humour. Par exemple, tu peux utiliser une image GIF ou un mème qui montre clairement que tu n’es pas d’accord avec ce qui a été dit ou publié.

Voici quelques mèmes classiques de l’émission Les Simpson comme point de départ :

bit.ly/homerheadlock

bit.ly/simpsonalphas

« Pourquoi les adultes voudraient-ils faire cela? Pourquoi voudraient-ils tromper les enfants? Pourquoi je suis tombé dans le piège? »

Rappelle-toi que n’importe qui peut publier du contenu en ligne. Parfois, les sites Web créés par les groupes haineux paraissent encore mieux que les sites Web des universités ou des organismes gouvernementaux!

Lorsque tu cherches de l’information, tu ne dois pas présumer qu’une personne ou un site Web est en fait qui elle ou il dit être. Fais une recherche sur le nom ou consulte Wikipédia pour voir ce que les autres disent d’eux.

Qu’il s’agisse d’un site Web, d’une vidéo ou d’un forum, les groupes haineux ne te montrent habituellement pas qui ils sont dès le départ. Ils essaient plutôt de te faire rire de blagues blessantes ou de t’amener à blâmer un groupe particulier pour tes problèmes. Ils  te donnent des mots de recherche qui t’amèneront inévitablement vers des sites ou des vidéos qui ont été créés pour propager leur message.

Il serait injuste de penser que tous les gens comme toi sont pareils et cela s’applique à tous les groupes, peu importe leur race, leur religion ou leur sexe. Si quelqu’un te dit qu’un groupe entier de personnes représente une menace pour toi, c’est parce que cette personne veut que tu croies que c’est acceptable de faire mal  à ce groupe.

Si tu vois quelqu’un propager un tel message sur un réseau social ou un site de partage de vidéos, assure-toi de le signaler. (Consulte le site https://cyberbullying.org/report (en anglais) pour savoir comment faire.)

Que tu t’opposes à la haine, que tu signales un incident ou que tu montres simplement que tu n’es pas d’accord, nous avons tous le pouvoir de lutter contre la haine en ligne.