Le guide RÉAGISSEZ! Comment intervenir en matière de questions médiatiques vous fournit les outils entamer la discussion avec les sociétés médiatiques. 

La cyberintimidation, on en entend beaucoup parler n’est-ce pas ? Et cela, d’une façon qui bien souvent, donne l’impression au parent moyen dont je suis que ce fléau soit plus exagérément rependu qu’il ne l’est sans doute en réalité!

En tant que parent, nous sommes bien souvent préoccupés par les contenus médiatiques que consomment nos enfants. Car bien sûr, en plus d’être distrayants, nous aimerions bien que ceux-ci ne soient pas trop violents. Et qu’au mieux, ils véhiculent des valeurs socialement acceptables à nos chers petits.

En janvier, le vice-président américain Joe Biden a rencontré des représentants de l’industrie des jeux vidéo à la suite des événements tragiques ayant eu lieu à Sandy Hook afin de discuter la relation potentielle entre les jeux vidéo et la violence causée par les armes à feu.

Opération avant l’aube (Zero Dark Thirty), est une nouveauté cinématographique qui décrit comment Osama Ben Laden fut traqué, puis assassiné. Ce film, nominé plusieurs fois aux Oscar (notamment pour le meilleur film), suscite également un autre type d’attention : plusieurs auteurs, dont Jane Meyer du The New Yorker et Peter Maass du The Atlantic, l’accusent de tolérer ou même glorifier l’usage de la torture par les services de renseignements des États-Unis. D’autres auteurs, de même le réalisateur et scénariste du film, contestent cette affirmation.

Les représentations de la violence ne sont pas nouvelles. En fait, la violence est un élément clé des médias depuis la naissance de la littérature : la poésie et le théâtre grec antique représentaient souvent des meurtres, des suicides et des actes d’automutilation ; de nombreuses pièces de Shakespeare exposent violence, torture, mutilation, viol, vengeance et terreur psychologique ; certains des livres les plus populaires du 19e siècle étaient des romans à sensation qui ne manquaient pas d’être sanglants et horrifiants.

Il est difficile de définir une fois pour toutes l’effet de la violence dans les médias sur les consommateurs et les jeunes. Un certain nombre de raisons expliquent cette difficulté, mais l’enjeu principal demeure la complexité à définir ou à classer des termes comme « violence » et « agression ».

Voilà la source que vous avez souillée de votre fange ;
voilà le bel été que vous avez mêlé à votre hiver.
Vous avez tué son mari ; et, pour ce crime infâme,
deux de ses frères ont été condamnés à mort ;
ma main coupée n’a été pour vous qu’un jeu plaisant ;
ses deux mains, sa langue, et cette chose plus précieuse
que mains et que langue, son innocence immaculée,
traîtres inhumains, vous les avez violemment ravies.

Titus Andronicus, Acte V, Scène II.

De nombreux pays occidentaux considèrent la violence dans les médias comme un enjeu de politique publique. Au centre du débat se trouve le défi d’adaptation à des principes qui peuvent sembler en opposition, soit la protection des enfants face à du contenu médiatique inapproprié et le respect du droit à la liberté d’expression.

Pages