Le stéréotype de la « fille méchante » n’est pas réaliste selon une nouvelle étude nationale sur la cyberintimidation

Ottawa (Ontario) – Le 18 mars 2014 – Une nouvelle recherche nationale indique que les jeunes Canadiens font face à de nombreux comportements méchants et cruels en ligne à différents degrés de gravité et d’impact, les filles étant plus susceptibles que les garçons d’en être les victimes.

Cette vaste étude réalisée par HabiloMédias examine l’importance et l’impact de la cyberintimidation chez les élèves de chaque province et territoire. Malgré les conceptions populaires de la « fille méchante », les garçons sont plus susceptibles d’adopter des comportements méchants ou cruels en ligne alors que les filles sont davantage victimes de ce type de comportements. Les filles sont également plus nombreuses que les garçons à dire que la cyberintimidation est un problème grave pour elles.

La recherche souligne également la complexité des relations en ligne par l’intermédiaire de l’important chevauchement entre les jeunes qui ont été victimes de cyberintimidation et ceux qui adoptent des comportements intimidants en ligne, suggérant que la méchanceté et la cruauté en ligne reflètent en partie le conflit réciproque des relations des jeunes.

« Bien que la plupart des élèves signalant avoir été victimes de cyberintimidation disent que ce n’était pas un problème important pour eux, nous savons qu’il y a eu des conséquences importantes pour 1 jeune sur 10 en matière de méchanceté et de cruauté en ligne, indique Jane Tallim, codirectrice exécutive de HabiloMédias. Grâce à la recherche, nous comprenons mieux les motivations et les impacts de la cyberintimidation, ce qui nous permet ainsi de nous assurer que les interventions ciblent efficacement les jeunes qui sont le plus à risque. »

L’organisme sans but lucratif a interrogé plus de 5 400 élèves de classes situées dans tout le pays sur leurs comportements et attitudes en ligne dans le cadre de l’étude Jeunes Canadiens dans un monde branché. La cyberintimidation : Agir sur la méchanceté, la cruauté et les menaces en ligne, le troisième rapport de l’étude, se penche sur les expériences des jeunes face au conflits en ligne, sur les stratégies dont ils se servent pour gérer ces situations et sur les personnes vers lesquelles ils se tournent pour obtenir du soutien.  

Les conclusions principales comprennent les suivantes :

  • 37 % des élèves signalent qu’une personne a dit ou fait quelque chose de méchant ou de cruel envers eux en ligne et 11 % des élèves ont dit que le problème était sérieux pour eux;
  • 23 % des élèves déclarent avoir dit ou fait quelque chose de méchant ou de cruel en ligne et 9 % ont dit avoir proféré des menaces en ligne;
  • 55 % des élèves qui ont adopté des comportements méchants en ligne ont dit qu’ils blaguaient;
  • il existe un important chevauchement (39 %) entre les élèves qui ont dit ou fait quelque chose de méchant et les élèves qui ont été victimes de ce type de comportements;
  • 65 % des élèves disent avoir aidé une victime de ces comportements en ligne;
  • les jeunes disent qu’ils sont davantage susceptibles de demander de l’aide à leurs parents. Bien que les écoles soient une importante source d’éducation en matière de cyberintimidation, les élèves sont moins susceptibles de se tourner vers leurs enseignants si un problème survient;
  • les garçons sont plus susceptibles que les filles de harceler quelqu’un lors d’un jeu en ligne, de rire de la race, de la religion, de l’ethnie ou de l’orientation sexuelle de quelqu’un, de harceler quelqu’un sexuellement et de proférer des menaces en ligne;
  • les garçons sont tout aussi susceptibles que les filles de répandre des rumeurs en ligne;
  • les filles sont plus nombreuses que les garçons à afficher des photos ou des vidéos embarrassantes ou à insulter quelqu’un.

Pour consulter La cyberintimidation : Agir sur la méchanceté, la cruauté et les menaces en ligne, des images infographiques et un diaporama, visitez http://habilomedias.ca/jcmb/cyberintimidation-agir-sur-mechancete-cruaute-menaces-en-ligne. Suivez la conversation en utilisant le mot-clic #JCMB.

Jeunes Canadiens dans un monde branché – Phase III : La cyberintimidation : Agir sur la méchanceté, la cruauté et les menaces en ligne, a été rendu possible grâce aux contributions financières de l’Autorité canadienne pour les enregistrements Internet, du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada et de l’Alberta Teachers› Association. 

Les prochains rapports basés sur ces données se pencheront sur les habitudes, les activités et les attitudes des élèves à l’égard des sujets suivants : la permanence numérique, la commercialisation, le contenu offensant, les relations en ligne et la littératie numérique en classe et à la maison.

-30-

HabiloMédias est un centre canadien à but non lucratif pour la littératie numérique et l’éducation aux médias. Sa vision veut que les jeunes aient les compétences de pensée critique nécessaires pour s’engager auprès des médias en tant que citoyens numériques actifs et informés.

habilomedias.ca / @habilomedias

Personne-ressource :
Maya Shoucair
, Agente de communication, HabiloMédias
613-224-7721, poste 231, mshoucair@habilomedias.ca
@habilomedias