Alors qu’Internet est de plus en plus central dans nos vies, nos identités en ligne et hors ligne sont de moins en moins indissociables. Alors qu’Internet était autrefois un endroit où personne ne savait qui nous étions et où nous vivions une « deuxième vie » sous un avatar personnalisable, nous naviguons aujourd’hui le Web surtout sous notre véritable visage.

Agir correctement

Vous ne le réalisez peut-être pas, mais vous avez un grand pouvoir en ligne : vous pouvez remonter le moral des gens, les faire rire, et faire de votre école, de votre ville et même du monde entier un meilleur endroit. Cependant, vous pouvez également empirer les choses. C’est pourquoi vous devez penser à ce que vous dites et faites en ligne, et faire de votre mieux pour agir correctement.

L’empathie est au cœur de l’éthique. Pour développer un sens du bien et du mal qui va plus loin que la peur de la punition ou l’espoir d’une récompense, nous devons pouvoir nous mettre à la place d’une autre personne.

Malgré toutes les préoccupations relatives aux jeunes et aux médias numériques, l’étude Jeunes Canadiens dans un monde branché de HabiloMédias a permis de conclure non seulement que la plupart des jeunes ne s’attirent pas des ennuis en ligne, mais qu’ils sont souvent gentils et attentionnés avec les gens qu’ils connaissent.

Que veut-on dire par éthique et agir de façon éthique? Essentiellement, l’éthique est la façon dont nous déterminons qu’une action que nous réalisons, ou que quelqu’un d’autre réalise, est appropriée ou non. L’élément le plus fondamental de l’éthique est l’empathie, soit la capacité d’imaginer et de comprendre comment les autres se sentent. Nous commençons habituellement à apprendre l’empathie lorsque nous sommes petits, mais la suite de cet apprentissage, et sa pratique, dépend largement de ce qu’on nous enseigne.

Il est important de faire connaître aux jeunes les lois qui s’appliquent à ce qu’ils font en ligne, ainsi que d’établir des règles à la maison qui couvrent les comportements en ligne.

L’une des plus grandes décisions éthiques que les jeunes doivent prendre concerne la façon de traiter les renseignements personnels des autres. Les services et les plateformes qu’utilisent les jeunes étant presque tous réseautés, chaque fois qu’un ami ou un contact affiche quelque chose, ils doivent décider s’ils veulent le partager et de quelle façon. Aussi, les jeunes pourraient partager par inadvertance les renseignements personnels d’autres personnes lorsqu’ils affichent leur propre contenu.

Avec les jeunes enfants, la meilleure approche consiste à établir un ensemble de règles claires et cohérentes, autant à la maison qu’à l’école, sur le partage du contenu d’autres personnes.

La cyberintimidation pourrait être le domaine pour lequel les parents et les enseignants sont le plus préoccupés par le comportement éthique des enfants. Bien qu’il ne soit pas encore possible de savoir si les médias numériques ont fait augmenter le nombre de cas d’intimidation, il ne fait aucun doute que la cyberintimidation peut avoir une durée plus longue et atteindre un plus grand public que l’intimidation traditionnelle.

La bonne nouvelle est que de nombreux jeunes qui sont témoins d’intimidation interviennent. Selon le sondage Jeunes Canadiens dans un monde branché de HabiloMédias, 65 pour cent des élèves ont dit qu’ils avaient fait quelque chose pour aider quelqu’un victime de méchanceté en ligne [1].

Pages