Les fondements de la littératie médiatique

Ce segment examine les différents éléments et principes de la littératie médiatique. Nous établirons des liens entre la littératie médiatique et éducation aux médias et nous présenterons des pistes de solution pour intégrer la littératie médiatique dans la classe, tout au long du programme d’études.

Les fondements de la littératie médiatique

Cette section explore les principaux éléments et principes de la littératie médiatique. Nous découvrirons le lien étroit qui existe entre littératie médiatique et littératie numérique de même que des pistes de solution pour intégrer la littératie médiatique dans la classe tout au long du programme d’études.

Qu’est-ce que l’éducation aux médias ?

Les médias jouent un rôle marquant dans la vie des jeunes. La musique, la télévision, les jeux vidéo, les magazines et autres médias ont une prodigieuse influence sur notre perception du monde, une influence qui de surcroît s’installe dès notre plus jeune âge. Les enfants doivent développer leurs habiletés et compétences en littératie médiatique pour devenir des consommateurs de médias à la fois avisés et participatifs. Parmi ces compétences, notons une accessibilité minimale aux médias, la capacité d’analyser les médias par la pensée critique faisant appel à des concepts clés, de les évaluer après analyse et, pour finir, de créer soi-même un produit média. On parle d’éducation aux médias lorsqu’on fait référence à tout ce processus d’apprentissage des compétences en littératie médiatique.

L’éducation aux médias occupe une place importante au Canada, à telle enseigne que cette discipline s’inscrit dorénavant dans tous les programmes d’études à l’échelle provinciale. Mais il n’est pas toujours facile de définir avec précision ce que sont la littératie médiatique et la littératie numérique – et comment les intégrer dans la classe avec succès.  

Dans cette section, nous voulons clarifier cette question et vous présenter la littératie médiatique sous tous ses angles. Nous vous offrirons des pistes de solution pour vous aider à entreprendre et à réussir votre entrée dans le monde de l’éducation aux médias.

Les enseignants y trouveront tout ce dont ils ont besoin pour mieux comprendre les avantages que l’éducation aux médias comporte ainsi que des pistes pour intégrer ce domaine fascinant à leurs pratiques.


L’éducation aux médias au Canada : une introduction
Qu’est-ce que l’éducation aux médias ?

L’éducation aux médias est le processus qui permet à des individus d’acquérir une vision critique des médias et de comprendre la nature, les techniques de production et l’influence de leurs produits et messages.

L’éducation aux médias reconnaît et utilise les aspects positifs, créatifs et conviviaux de la culture populaire. Elle intègre productions médiatiques et pensée critique - en décodant, analysant, synthétisant et évaluant les médias - pour nous permettre de mieux naviguer dans un paysage de plus en plus complexe, qui inclut non seulement les médias traditionnels ou informatiques, mais aussi ces produits de la culture populaire que sont les jouets, les modes, les grands centres commerciaux ou les parcs à thème.

Nul besoin d’être expert en médias pour que l’enseignant puisse intégrer l’éducation aux médias dans sa classe…il suffit de savoir poser les bonnes questions.

Par exemple:  

  • Quel est le public-cible de cette production médiatique et pourquoi? De quel point de vue m’est-elle présentée?
  • Comment les éléments et les codes spécifiques d’un produit particulier affectent-ils ce que je vois, lis ou écoute?
  • Comment des publics différents vont-ils interpréter la même production médiatique? Les enjeux des médias sont complexes, souvent contradictoires et sujets à controverses. Le rôle de l’éducateur n’est pas de distribuer le savoir, mais de faciliter la mise en question et le dialogue.

Le défi aujourd’hui est d’identifier et d’évaluer l’information répondant à un besoin spécifique et de la synthétiser en connaissance ou en communication utile. L’éducation aux médias - ses techniques de pensée critique, de communication créative et de compétences informatiques et audiovisuelles - est un élément clé de l’approche éducative au XXIe siècle.

Pourquoi enseigner l’éducation aux médias ?

Pourquoi enseigner l’éducation aux médias ? Voici dix bonnes raisons :

  1. Elle encourage les enfants et les adolescents à mettre en question, évaluer, comprendre et apprécier leur culture multimédia. Elle forme des consommateurs et utilisateurs de médias critiques et actifs.
  2. Elle donne accès en classe à toute la planète, rendant ainsi actuelles et pertinentes les matières traditionnelles comme le français, l’histoire ou la géographie. Elle se prête particulièrement bien aux études interdisciplinaires.
  3. Elle incarne et renforce la nouvelle pédagogie qui met l’accent sur un enseignement centré sur l’élève, la reconnaissance de divers types d’intelligences, et une analyse et une gestion de l’information plutôt que l’acquisition de connaissances passives.
  4. Elle se base sur une approche saine de la pédagogie qui consiste à partir de l’expérience pratique des jeunes. La musique, les bandes dessinées, la télévision, les jeux vidéo, Internet et la publicité font partie de leurs divertissements préférés. Ces médias forment un environnement que tous partagent et qui devient dès lors un catalyseur d’apprentissage.
  5. Elle encourage les jeunes à une utilisation créative des outils multimédias, à « apprendre en pratiquant », et les prépare ainsi à un marché du travail qui exige de plus en plus de savoir utiliser des moyens de communication sophistiqués.
  6. Elle incite également les jeunes, à qui l’on reproche souvent leur apathie politique, à s’intéresser aux grandes questions de l’heure. Elle les aide à se voir comme des citoyens engagés capables de contribuer au débat public. 
  7. Elle les aide également à comprendre comment, dans une société d’une grande diversité sociale, ethnique et culturelle, les représentations des médias peuvent influencer notre perception des différents groupes sociaux. Elle approfondit leur compréhension de notions comme la diversité, l’identité et la différence.
  8. Elle favorise leur développement personnel et social en leur faisant découvrir les liens entre la culture populaire – musique, mode, télévision, cinéma et publicité – et leurs propres attitudes, choix de vie et images d’eux-mêmes.
  9. Elle aide les enfants à se poser des questions sur les représentations des médias et à faire la différence entre réalité et fiction en leur faisant comparer violence dans les médias et vraie violence, héros de cinéma et héros dans la vraie vie, rôles et attentes réalistes et modèles proposés par les médias.
  10. Elle est enfin un élément essentiel de formation aux nouvelles technologies, à une époque où la majorité des jeunes vont chercher leur information sur Internet et ont besoin de techniques et de compétences efficaces pour optimiser leurs recherches, évaluer et authentifier l’information, et réfléchir à des problèmes comme le plagiat et le respect du droit d’auteur.

Les concepts clés de la littératie médiatique

Ceux qui enseignent l’éducation aux médias le font à partir de concepts clés propres à la littératie médiatique ; l’examen des médias de masse et de la culture populaire repose donc sur des bases solides. Lors d’une analyse de textes médias, ces concepts clés nous servent de filtres pour nous permettre de jeter un regard critique sur le produit à l’étude. Pour enseigner ces concepts clés à vos élèves, consultez les ressources dans notre programme Minutes médias.

1. Les médias sont des constructions

Les médias sont des constructions qui re-présentent la réalité. Un produit médiatique est créé par un individu qui prend, consciemment ou non, des décisions à propos de ce qu’il convient d’inclure ou d’exclure et qui décide comment présenter ce qui sera inclus. Ces décisions reposent sur le point de vue du créateur, lequel a été façonné par ses opinions, hypothèses et partis pris – de même que par les médias auxquels il ou elle a eu accès. Par conséquent, les produits médiatiques ne reflètent jamais absolument toute la réalité – même le réalisateur documentaire le plus objectif doit décider quelles séquences inclure et lesquelles omettre, de même que vers quoi diriger la caméra. Mais instinctivement, nous considérons de nombreux produits médiatiques comme la représentation directe de la réalité.

Demandez aux élèves:  

  • Qui a créé ce produit média?
  • Dans quel but ?
  • Le contenu de ce produit reflète-t-il les croyances et les hypothèses de son créateur? Si oui, nommez-les. 

2. Le public décode ou interprète le sens d’un message

Le sens donné à un produit médiatique n’est pas déterminé uniquement par les créateurs du produit, mais résulte plutôt d’une collaboration entre les créateurs et le public – ce qui signifie que différents publics peuvent attribuer un sens différent au même produit. Grâce à la littératie médiatique, nous comprenons pourquoi et comment certains facteurs – comme l’âge, le sexe, la race ou le statut social – agissent sur notre interprétation des médias.

Demandez aux élèves: 

  • Est-ce que ce produit média peut être perçu différemment par différentes personnes ? Si oui, donnez des exemples.
  • Que ressentez-vous face aux personnes figurant dans ce produit média – avez-vous le sentiment que cette image médiatique vous ressemble ou qu’elle est très différente de vous ?

3. Les médias répondent à des impératifs commerciaux

Les produits médias poursuivent, en général, un objectif commercial et doivent engendrer des profits. Par ailleurs, l’industrie des médias appartient à un puissant réseau d’entreprises qui exercent une influence sur le contenu et la distribution de ces médias. Les questions de contrôle et d’appartenance sont capitales – en effet, un tout petit groupe d’individus contrôle tout ce que nous voyons, lisons et entendons dans les médias. Et même lorsque le contenu d’un média n’a aucun impératif commercial – comme les vidéos de YouTube et les murs de Facebook – la distribution de ce contenu est presque toujours conçue de manière à générer des profits.

Demandez aux élèves: 

  • Quel est l’objectif commercial de ce produit média (autrement dit, comment certains feront-ils de l’argent avec ce produit ?)
  • En quoi ce désir de faire des profits influence-t-il le contenu du produit et la facture du message (la façon de le transmettre)?
  • Si ce produit semble n’avoir aucun objectif commercial, quelle pourrait être sa raison d’être (par exemple, attirer l’attention sur son créateur ou convaincre le public cible d’adopter un point de vue précis).
  • En quoi ces objectifs influencent-ils le contenu et la facture du message ?

4. Les médias ont des implications sociales et politiques

Les médias véhiculent des messages idéologiques portant sur les valeurs, le pouvoir et l’autorité. En littératie médiatique, on accorde autant d’importance aux éléments absents d’un produit média qu’à ceux qui y figurent. Ces messages peuvent être le résultat de décisions conscientes, mais plus souvent, il s’agit de partis pris inconscients et d’hypothèses jamais remises en question – et ces décisions peuvent avoir une influence considérable sur ce que nous pensons et ce que nous croyons.

Par conséquent, les médias exercent une grande influence sur la vie politique et sur les changements sociaux émergeants. Par exemple, au cours d’une élection d’un dirigeant national, la couverture médiatique et la publicité peuvent jouer un rôle déterminant selon l’image publique qui s’en dégagera pour chacun de candidats ; on peut nous inciter à accorder plus ou moins d’attention aux affaires internationales selon le traitement qu’on leur réserve, dans le journalisme comme en fiction ; la représentation médiatique de certains groupes sociaux – et la fréquence de leur apparition dans les médias – peut agir directement sur la perception que nous en avons. 

Demandez aux élèves: 

  • Qui et que représente-t-on sous un jour favorable, dans les médias ? Et sous un jour défavorable ?
  • Pourquoi ces éléments et ces gens sont-ils présentés sous ce jour ?
  • Quels sont les éléments et les gens qu’on ne voit pas ou qui sont complètement exclus des médias ?
  • Devant pareil traitement, le public cible de ce produit média risque d’en tirer certaines conclusions. Lesquelles, selon vous ? 

5. Chaque média possède une forme esthétique distincte

Le contenu médiatique repose, en partie, sur la nature même du média. Ce principe signifie que chaque média répond à des exigences techniques et commerciales et à des formes de récit qui lui sont propres. Par exemple, la nature interactive des jeux vidéo incite à adopter différentes formes de récit – et diverses approches de la part des créateurs de médias – c’est le cas, par exemple, en télévision et en cinéma.

Demandez aux élèves: 

  • Dans ce produit média, quelles sont les techniques utilisées pour attirer votre attention et véhiculer un message ?
  • Quelles sont les techniques employées pour manipuler les images d’un produit média (par exemple : éclairage, maquillage, angle de la caméra, traitement photo) ?
  • Selon le genre (par exemple : publicité écrite, téléromans, vidéo musicale), quelles sont les attentes au regard du sujet traité ?

Pistes pour intégrer la littératie médiatique dans la classe

Bien que la littératie médiatique soit dorénavant inscrite au programme d’études dans toutes les provinces et tous les territoires au Canada, elle est souvent mise de côté ou traiter avec désinvolture dans la classe. Cette situation perdure en raison de facteurs multiples : des équipements informatiques peu accessibles, un manque d’assurance chez les enseignants qui manipulent cet équipement et, surtout, le sentiment que l’éducation aux médias n’est qu’une simple « fantaisie » dans un monde favorisant l’examen normalisé et le programme d’études complet. 

L’éducation aux médias peut devenir partie intégrante et signifiante de votre pratique dans la classe. Pour y parvenir, voici quelques suggestions :  

  1. Profitez des « moments opportuns » pour diffuser votre enseignement
    Écoutez bien les propos des élèves, lorsqu’ils sont en pause…de quoi parlent-ils ? Il y a fort à parier que leurs échanges portent sur les médias qu’ils regardent, écoutent ou les jeux en ligne qu’ils préfèrent ! La nouvelle du jour, les films Blockbuster ou les dernières frasques d’une star, tous les prétextes sont bons pour faire l’analyse d’un produit média.
  2. Donnez-leur la chance de créer un média plutôt que de les restreindre à simplement l’analyser
    L’éducation aux médias va bien au-delà de la création d’un produit média mais cette étape joue un rôle clé : rien ne vaut l’expérience ! Quand les jeunes mettent la main à la pâte, il leur est plus facile de comprendre comment un choix de montage ou de musique, dans un film ou une émission de télévision, peut faire vibrer nos cordes sensibles. Vous pouvez utiliser en classe des produits médias faciles d’accès et peu dispendieux comme un téléphone sans fil muni d’une caméra, des scénarimages (storyboards) ou faire des collages à partir de vieux magazines.
  3. Commencez et terminez votre propos avec les concepts clés
    On peut vite se sentir dépassé lorsqu’on se met à analyser l’éducation aux médias ou simplement le monde des médias. Pour vous aider à rester sur les rails et à ne pas bifurquer au cours d’une analyse d’un produit média ou d’un artéfact culturel, il vous suffit de revenir sans cesse aux concepts clés de la littératie médiatique.
  4. Reconnaissez que les enfants – et les adultes – adorent les médias
    Ce qui importe, c’est de ne pas approcher l’éducation aux médias de manière négative. Montrez aux enfants que jeter un regard critique sur quelque chose ne veut pas nécessairement dire critiquer cette chose ; dites-leur que nous pouvons repérer et analyser certains éléments défavorables, dans les médias que nous aimons, et continuer à les apprécier quand même. Songez à présenter des modèles ou des exemples positifs lorsque vous discutez de certains sujets délicats comme les genres féminin/masculin, les stéréotypes, etc.
  5. 5. Enseignez ce qu’est un média, ne vous limitez pas à son aspect technique
    Il ne suffit pas d’utiliser les médias dans votre classe, encore faut-il que vos élèves apprennent ce qu’est un média. À chaque utilisation, profitez de l’occasion pour faire de l’éducation aux médias dans la classe : par exemple, si vous leur présentez le film tiré d’un livre à l’étude, invitez les élèves à analyser ces deux médias et à les comparer, à la lumière des concepts clés. Questions : En quoi les impératifs commerciaux d’un film et ceux d’un livre sont-ils différents ? Les outils techniques utilisés par l’un et l’autre média ont-ils modifié le récit et le style du produit original ? Si oui, de quelle manière ? En quoi les attentes du cinéphile sont-elles différentes des attentes du lecteur ? Les valeurs et les hypothèses du cinéaste sont-elles différentes ou similaires à celles de l’auteur du livre ? En quoi toutes ces différences ont-elles un impact, implicite ou explicite, sur le sens du récit ?
  6. Montrez-leur que l’éducation aux médias, c’est savoir se poser les bonnes questions plutôt que d’apprendre à retenir les bonnes réponses
    Laissez aux élèves toute liberté d’arriver à leurs propres conclusions et ce, même si vous avez une opinion bien arrêtée sur un sujet ou un produit média à l’étude. Cette approche est particulièrement importante lorsque vous abordez des sujets comme les stéréotypes ou l’image corporelle – vos élèves ont sans doute un point de vue très personnel sur ces questions (tout comme vous, d’ailleurs!) : soyez un modèle pour eux, faites preuve d’ouverture d’esprit et ayez recours à l’analyse fondée sur une pensée critique – et non sur vos émotions – pour tirer vos conclusions.
  7. Luttez contre le sentiment que « c’est sans importance »
    Souvent, les élèves évitent de discuter des enjeux liés aux produits médias sous prétexte que « ce n’est rien de plus qu’une émission de télévision »…un jeu vidéo ou une vidéo musicale, etc. Rappelez aux élèves qu’un créateur de média peut, bien malgré lui, transmettre un message dans son produit média. Or, c’est par le biais des médias et de tout ce qui nous entoure que nous appréhendons notre monde. La recherche démontre clairement que la consommation des médias agit sur notre perception des autres et de nous-mêmes ; c’est le cas même lorsque nous n’en avons pas conscience – c’est ce qu’on appelle avoir un biais implicite ou inconscient. Selon les chercheurs, le regard que nous portons sur certains groupes sociaux est influencé par la présence ou l’absence de ces groupes dans nos médias. 
  8. Évaluez les travaux scolaires en éducation aux médias
    « Est-ce que cette matière est sujet à examen ? » En évaluant les travaux et les projets de vos élèves en éducation aux médias, vous affirmez l’importance et la pertinence de cette matière au programme. Prenez soin de créer des évaluations tout aussi difficiles et objectives que celles utilisées dans d’autres matières et procédez  régulièrement aux évaluations : si vous doutez de vos critères d’évaluation, revenez aux concepts clés  pour jauger les connaissances, le degré de compréhension, les capacités et les compétences de vos élèves. Pour obtenir conseils et suggestions, cliquez sur le lien Évaluation des travaux scolaires en éducation aux médias.
  9. Permettez aux élèves d’apporter leur propre média pour fins d’analyse dans la classe
    Pour motiver vos élèves, dites-leur d’apporter les produits médias de leur choix  pour effectuer leurs travaux scolaires en éducation aux médias. Apaiser vos craintes liées aux contenus en formulant clairement vos attentes, en classe, et ajoutez cet élément à vos critères d’évaluation (une utilisation éthique et responsable des médias est un élément clé de la littératie médiatique). De plus, assurez-vous que les élèves ne présenteront que des extraits d’un produit média et ce, uniquement au sein de leur groupe désigné ou devant la classe. 
  10. Demeurez bien au fait des dernières tendances et découvertes dans le monde des médias
    Nul besoin d’être expert en médias pour enseigner la littératie médiatique mais vous aurez tout à gagner en demeurant bien au fait de l’actualité dans ce domaine. Intéressez-vous à ces produits que les enfants adorent regarder, écouter, porter et aux jeux qui les amusent tant…et soyez au fait de leurs activités en ligne. C’est l’occasion rêvée de permettre aux enfants d’être les experts, pour une fois…laissez-les vous initier aux derniers gadgets technologiques qui font fureur sur le marché !

La littératie médiatique intégrée au programme d’études

L’éducation aux médias a sa place dans presque tous les cours et toutes les matières. Consultez notre Charte curriculaire pour une information détaillée et voyez en quoi chaque leçon et ressource répond aux exigences du programme d’études de votre province ou territoire. Pour vous mettre en appétit, en voici quelques exemples. 

Sciences sociales: Dans un cours d’histoire, les élèves s’éveillent au fait que leur perception de l’histoire et des événements historiques est grandement modelée par les médias. Les élèves étudient des films, des journaux et même leurs propres écrits pour découvrir que chaque média, de par sa nature, raconte l’histoire à sa manière. En géographie et affaires internationales, les élèves peuvent analyser la couverture médiatique afin de bien comprendre tout l’impact que les médias ont sur notre perception de certaines parties du monde – et des gens qui y vivent.

Science: Les médias influencent-ils l’idée que les élèves se font de la science et du rôle des scientistes ? Si oui, comment ? D’où nous vient cette image du « méchant scientiste » ? De nos jours, où retrouvons-nous cette métaphore ? Les impératifs commerciaux de la télévision et des journaux influencent-ils, de quelque manière que ce soit, la diffusion de reportages scientifiques ?

Sciences de la famille : Comment décrit-on la famille dans les différents médias ? Cette représentation de la famille a-t-elle changée au fil du temps ? Selon vous, l’image de la famille véhiculée par les médias est-elle assujettie aux modes et tendances ou, au contraire, cette image les influence-t-elles (ou les deux) ? Lorsqu’on examine les différents produits médias qui ont la cote auprès des jeunes, que peut-on dire des rôles réservés aux deux sexes ? Comment les jeunes interprètent-ils ces messages ?

Santé et éducation physique: Comment la consommation de médias influence-t-elle nos choix alimentaires ? Notre décision de fumer ou de consommer de l’alcool et des drogues ? Quel type de relations personnelles voit-on dans les médias prisés par les jeunes et quel en est le message ? Les médias numériques, comme le téléphone cellulaire et l’Internet, ont-ils un impact sur nos relations interpersonnelles et si oui, lequel ? Que pouvons-nous faire pour maintenir de saines relations tout en utilisant ces produits multimédias ?

Musique : Comment les impératifs commerciaux de l’industrie de la musique affectent-ils la création musicale ? Dans le monde de la musique (et des vidéos musicales), quelle représentation fait-on des genres masculin/féminin, du statut social, des relations interpersonnelles, de la consommation d’alcool et de drogues…comment les jeunes interprètent-ils ces messages ? Les différents genres et styles musicaux (pop, rock, hip hop, R&B, etc.) exercent-ils une influence sur le contenu de la musique et des vidéos musicales et si oui, laquelle ? Les médias projettent une certaine image des musiciens…laquelle ? En quoi cette représentation médiatique des musiciens influence-t-elle son public cible, les jeunes ?

Droit : Dans les produits médias prisés par les jeunes, comment présente-t-on le crime et le système judiciaire ? De quelle manière cette image de la criminalité est-elle assujettie aux valeurs et hypothèses des créateurs de ce média, aux impératifs commerciaux ou encore aux différents genres médiatiques (scènes policières, jeux d’action, etc.) En quoi les médias numériques influencent-ils notre perception des choses de la vie comme la propriété intellectuelle, les discours haineux, le harcèlement et la diffamation ?

Beaux-arts et arts visuels: De quelle manière les artistes parviennent-ils à utiliser, à s’approprier et à déconstruire des produits médias dans le but de créer une nouvelle œuvre d’art ? Quels sont les droits et les responsabilités de l’artiste envers les créateurs et les propriétaires du produit média original ?

Évaluation des travaux scolaires en éducation aux médias

Il en va de la littératie médiatique comme de toute autre matière…l’évaluation des travaux scolaires est une activité importante. Pour mesurer leurs acquis et continuer à évoluer, vos élèves ont besoin d’une rétroaction régulière. Qui plus est, l’évaluation confirme l’importance de leurs travaux et projets dans ce cours. Mais les enseignants ont parfois plus de difficulté à créer des outils d’évaluation dans le cadre de ce cours que dans tout autre. Certains ont le sentiment de ne pas détenir les connaissances nécessaires, au plan technique, pour évaluer le média à l’étude ; d’autres se sentent un peu démunis parce que l’éducation aux médias repose sur notre habileté à poser les bonnes questions plutôt que de mémoriser des réponses apprises par cœur.

Pour créer des outils d’évaluation objectifs, complets et signifiants en éducation aux médias, il est important de franchir deux étapes. La première consiste à utiliser un outil d’évaluation de type « rubric » - il permet d’évaluer le travail scolaire sous différents angles et fixe des objectifs clairs pour l’élève. La seconde étape consiste à inscrire sur la fiche d’évaluation (de type rubric) les objectifs visés et établis en fonction des concepts clés de la littératie médiatique.

Dans l’ensemble, on aura recours à l’une ou l’autre des trois méthodes suivantes pour procéder à l’évaluation des travaux scolaires en éducation aux médias. Soit une méthode fondée sur :  

  1. Le degré de compréhension des concepts clés de l’éducation aux médias ainsi que des principes et concepts spécifiques à la leçon ou au devoir en question ;
  2. La qualité et la profondeur de la recherche et de l’analyse des questions soulevées au cours de la leçon ou dans le devoir ainsi que sur la capacité d’identifier les enjeux et les questions à l’étude ;
  3. L’habileté de l’élève à mettre en application les compétences techniques spécifiques au média à l’étude (cinéma, télévision, jeux vidéo, etc.) ou au média utilisé lors de l’évaluation, ou les deux.

Pour ces quatre grands secteurs que nous venons de voir, vous pouvez établir vos objectifs pédagogiques en posant des questions fondées sur les concepts clés suivants :

Les médias sont des constructions:

L’élève a-t-il bien compris comment ce produit média fut créé ? (Il est rare qu’un produit média soit le fait d’un seul auteur. Au regard du produit final, quelle fut la contribution des différents créateurs ?)

Dans quelle mesure l’élève parvient-il à analyser le contenu de ce média et d’y repérer les croyances et hypothèses des créateurs ?

Le public décode ou interprète le sens du message: 

L’élève a-t-il bien compris ce concept, est-il en mesure d’identifier les éléments les plus pertinents à un média ou à un produit donné ? L’élève peut-il identifier le public cible d’un produit média ainsi que d’autres publics pouvant percevoir les choses différemment ?

Dans quelle mesure l’élève parvient-il à identifier et analyser les diverses interprétations attribuées à ce produit média par différents publics ?

Les médias répondent à des impératifs commerciaux :

L’élève semble-t-il connaître et comprendre le rôle des impératifs commerciaux qui influent sur la création d’un produit média ? Semble-t-il savoir et comprendre de quelle façon ce produit média fut financé et qui en est propriétaire ? 

Dans quelle mesure l’élève parvient-il à analyser ce produit média pour déterminer si le contenu fut ou non assujetti aux impératifs commerciaux ou aux désirs de son créateur/ou propriétaire ?

Les médias ont des implications sociales et politiques:

L’élève a-t-il bien compris ce concept clé ? Semble-t-il connaître et comprendre le mode de communication de ce média, sa façon de véhiculer des idées et des valeurs ? (Par exemple, peut-il identifier les personnages présents et absents, dans ce produit média ? Qui est représenté sous un jour favorable…et sous un jour défavorable ? Qui semble maîtriser sa vie…et qui semble en perte de contrôle ?)

Dans quelle mesure l’élève parvient-il à analyser le message conscient ou inconscient, explicite ou implicite véhiculé dans ce produit média ?

Chaque média possède une forme esthétique qui lui est propre :

L’élève semble-t-il connaître et comprendre les éléments techniques de ce média, ainsi que les tropes rhétoriques, clichés, codes et conventions de ce média (télévision, cinéma, jeux vidéo, etc.) et ses différents genres (comédie de situation, documentaire, jeux de rôle) ?

Dans quelle mesure l’élève parvient-il à analyser le rôle de ces éléments techniques et de ces différents genres médiatiques de même que leur influence sur le message conscient ou inconscient, explicite ou implicite véhiculé dans ce produit média ? (Comment utilise-t-on des éléments comme la musique, les costumes, la composition visuelle pour influencer notre regard et notre opinion sur le personnage qu’on nous présente, au cinéma ? Dans un jeu vidéo, comment parvient-on à donner ou à enlever de la prestance, de la maîtrise ou du pouvoir au personnage ?)

Vous pouvez évaluer tout travail scolaire, en fonction des concepts clés, en vous posant les questions suivantes :

Dans quelle mesure l’élève parvient-il à mettre en application ses connaissances sur les concepts clés et le média à l’étude ? Dans quelle mesure l’élève parvient-il à mettre en application ses connaissances du média utilisé lors de l’évaluation ? Par exemple, si l’élève rédige un texte sur une émission de télévision, on s’attend à ce qu’il soit en mesure de démontrer comment se crée une émission télévisuelle et d’identifier les messages explicites et implicites qui y sont véhiculées ; de plus, il devrait pouvoir démontrer ses aptitudes à rédiger un bon texte tant par la structure que par une argumentation bien étoffée, par une grammaire et une syntaxe de qualité et ainsi de suite. (On peut évaluer, également, son habileté à franchir les étapes que sont la correction, la vérification de sa liste de contrôle et la pré-évaluation). Quand le produit média à l’étude est le même que celui utilisé lors de l’évaluation – par exemple, une publicité fictive d’un magazine pour déconstruire ce genre de publicité – on procédera quand même à une évaluation à part pour mesurer la capacité de l’élève à analyser les annonces publicitaires d’un magazine et à créer une publicité fictive.

Vous avez donc établi vos objectifs face à votre outil d’évaluation; vous devez maintenant déterminer comment l’élève fera la démonstration de ses acquis. On utilise souvent une échelle de 1 à 4 (elle comprend parfois une première case intitulée « insuffisant » suivie des nombres 1 à 4). Pour créer une échelle d’évaluation, dressez d’abord la liste des compétences à acquérir par l’élève de niveau 3 ; refaites ensuite l’exercice pour tous les autres niveaux, inférieurs et supérieurs. Pour ce faire, vous pouvez procéder de deux manières :  

  1. Fixez-vous des objectifs pédagogiques précis, quantitatifs. Par exemple, si vous désirez que l’élève de niveau 3 soit en mesure d’identifier quatre façons de véhiculer un message sur les genres masculin/féminin dans un produit média, alors vous exigerez qu’au niveau 2 l’élève puisse en identifier trois, au niveau 1 il devra en identifier deux, sous la case « insuffisant » vous indiquerez une ou aucune et sous le niveau 4, vous indiquerez cinq ou plus.
  2. Faites une description qualitative du travail que vous désirez obtenir de l’élève. Par exemple, si vous désirez que le niveau 3 signifie que l’élève « démontre une bonne capacité à… », vous indiquerez sans doute sous le niveau 2 qu’il « démontre graduellement sa capacité à… » alors que sous le niveau 1, il « démontre un début de capacité à », sous la case « insuffisant », il « ne peut démontrer sa capacité à… » et sous le niveau 4, il « démontre une grande capacité à… ».  

Chaque approche présente ses forces et ses faiblesses: en général, les objectifs quantitatifs donnent de meilleurs résultats parce qu’ils sont clairs ou presque dépourvus d’ambiguïté ; mais il ne faut pas en abuser. On risquerait alors de perdre de vue la réflexion et l’analyse et de se concentrer uniquement sur la procédure à suivre et les « cases à cocher ». Il est donc préférable d’utiliser conjointement ces deux approches, d’une part évaluer les objectifs quantitatifs pour mesurer le degré de connaissances et la mise en pratique de certaines habiletés et d’autre part, évaluer les objectifs qualitatifs pour mesurer la capacité de l’élève à la réflexion et à l’analyse.

Voici, à titre d’exemple, un tableau (de type rubric) des critères d’évaluation pouvant servir à évaluer le devoir “Conception d’un jeu vidéo” tiré de la leçon Première personne:

 

Insuffisant

Niveau 1

Niveau 2

Niveau 3

Niveau 4

Savoir/

Compréhension

Ne peut démontrer sa capacité à définir et reconnaître les enjeux de la diversité présente dans les jeux vidéo

Ne peut démontrer sa capacité à définir et reconnaître les genres associés aux jeux vidéo

Démontre un début de capacité à définir et reconnaître les enjeux de la diversité présente dans les jeux vidéo

Démontre un début de capacité à définir et reconnaître les genres associés aux jeux vidéo

Démontre graduellement sa capacité à définir et reconnaître les enjeux de la diversité présente dans les jeux vidéo

Démontre graduellement sa capacité à définir et reconnaître les genres associés aux jeux vidéo

 

 

Démontre une bonne capacité à définir et reconnaître les enjeux de la diversité présente dans les jeux vidéo

 

Démontre une bonne capacité à définir et reconnaître les genres associés aux jeux vidéo

 

Démontre une grande capacité à définir et reconnaître les enjeux de la diversité présente dans les jeux vidéo

 

Démontre une grande capacité à définir et reconnaître les genres associés aux jeux vidéo

Réflexion/Analyse

Ne peut démontrer sa capacité à reconnaître un seul mode de communication utilisé dans les jeux vidéo pour véhiculer un message portant sur la diversité

Ne peut démontrer sa capacité à analyser comment le message d’un média est assujetti aux impératifs commerciaux et aux caractéristiques du média et du genre médiatique

montre un début de capacité à reconnaître un mode de communication utilisé dans les jeux vidéo pour véhiculer un message portant sur la diversité

Démontre un début de capacité à analyser comment le message d’un média est assujetti aux impératifs commerciaux et aux caractéristiques du média et du genre médiatique

Démontre graduellement sa capacité à reconnaître deux modes de communication utilisés dans les jeux vidéo pour véhiculer un message portant sur la diversité

Démontre graduellement sa capacité à analyser comment le message d’un média est assujetti aux impératifs commerciaux et aux caractéristiques du média et du genre médiatique 

Démontre une bonne capacité à reconnaître trois modes de communication utilisés dans les jeux vidéo pour véhiculer un message portant sur la diversité

Démontre une bonne capacité à analyser comment le message d’un média est assujetti aux impératifs commerciaux et aux caractéristiques du média et du genre  médiatique

Démontre une grande capacité à reconnaître quatre modes de communication utilisés dans les jeux vidéo pour véhiculer un message portant sur la diversité

Démontre une grande capacité à analyser comment le message d’un média est assujetti aux impératifs commerciaux et aux caractéristiques du média et du genre  médiatique

Mise en application/Savoir

Ne peut démontrer sa capacité à utiliser un ou quelques éléments propres au média et au genre à l’étude

Les éléments de jeux vidéo choisis ne peuvent démontrer sa capacité à comprendre et à analyser

Démontre un début de capacité à utiliser deux éléments propres au média et au genre à l’étude

Certains éléments de jeux vidéo choisis démontrent sa capacité à comprendre et à analyser

Démontre graduellement sa capacité à utiliser trois éléments propres au média et au genre à l’étude

La majorité des éléments de jeux vidéo choisis démontrent sa capacité à comprendre et à analyser

Démontre une bonne capacité à utiliser quatre éléments propres au média et au genre à l’étude

Tous les éléments de jeux vidéo choisis ainsi que d’autres éléments démontrent sa capacité à comprendre et à analyser

Démontre une grande capacité à utiliser cinq éléments ou plus, propres au média et au genre à l’étude

Tous les éléments de jeux vidéo choisis ainsi que d’autres éléments démontrent sa capacité à comprendre et à analyser et sont utilisés pour créer un produit attrayant et inventif

Facilitez-vous la tâche lorsque vous procédez à l’évaluation de travaux en éducation aux médias en distribuant à vos élèves des modèles – ce sont des exemples de fiches d’évaluation qui montrent à l’élève quelles sont vos attentes ou quels sont les éléments qu’on doit retrouver dans un travail bien fait. Annotez vos modèles pour relever les éléments de réussite. Lorsque vous assignez un devoir, passez en revue votre fiche d’évaluation avec vos élèves. (Assurez-vous que votre modèle diffère du devoir assigné – si vous présentez un modèle faisant l’analyse d’un film, assurez-vous que ce n’est pas le film à l’étude – pour éviter que l’élève ne soit tenter de simplement copier votre modèle.) Sachez que vous avez sous la main d’excellents modèles prêts à être utilisés…les travaux de vos élèves. Lorsque  vous assignerez votre tout premier devoir, vous devrez créer votre premier modèle ou fiche d’évaluation ; au besoin, n’hésitez pas à demander l’aide d’un collègue plus expérimenté pour vous seconder dans cette tâche.

L’éducation aux médias au Canada : une introduction

Même si nous sommes considérés comme un leader mondial dans le domaine, l’éducation aux médias est loin d’être parfaitement intégrée dans nos classes.

Le programme de formation de l’école québécoise intègre désormais l’éducation aux médias dans différentes disciplines comme le français, l’histoire, la géographie ou les arts visuels. Le sujet est désormais obligatoire partout au Canada mais son implantation varie beaucoup d’un endroit à l’autre, et il n’est pas encore uniformément enseigné dans toutes les provinces et territoires, ni à tous les niveaux scolaires.

La recherche montre que l’éducation aux médias devrait commencer le plus tôt possible, mais les enseignants du primaire disposent de très peu de moyens et de presque aucun soutien pédagogique. Avec la disparition des bibliothécaires et autres spécialistes, de nombreux enseignants sont devenus des « généralistes spécialisés » dans beaucoup de domaines, dont celui de l’éducation aux médias. Pourtant, tout comme les parents, ils sont désireux d’aider les jeunes à devenir des consommateurs de médias avertis et sont ouverts aux nouvelles idées, compétences et stratégies qui leur permettraient de le faire.

À l’exception des Additional Qualification Courses in Media Studies, en Ontario, il n’existe aucun programme universitaire de formation en éducation aux médias pour les enseignants qui voudraient parfaire leurs connaissances. Même en Ontario, la plupart des baccalauréats en éducation ne couvrent que très superficiellement le sujet.

Les spécialistes en éducation aux médias ont identifié l’urgence d’augmenter les possibilités de perfectionnement pédagogique dans le domaine pour mettre à jour des stratégies qui reflètent correctement l’explosion des communications informatiques sans fil et pour intégrer l’analyse des médias et de leurs produits dans tous les programmes scolaires canadiens.

VUE D’ENSEMBLE ET OBJECTIFS DES PROGRAMMES D’ÉDUCATION AUX MÉDIAS OFFERTS DANS LES PROVINCES ET TERRITOIRES

Il existe plusieurs programmes d’éducation aux médias partout au Canada. Cette section présente une information détaillée sur le statut de l’éducation aux médias dans chaque province et territoire et sur les organismes provinciaux et territoriaux offrant des programmes d’éducation aux médias ; vous y trouverez également une liste des objectifs pédagogiques en éducation aux médias pour chaque niveau scolaire ainsi que des liens vers les ressources éducatives créées par HabiloMédias.