Pourquoi les enfants envoient des sextos

Le sexto est utilisé par les jeunes dans trois contextes typiques : comme un substitut à l’activité sexuelle chez des jeunes qui ne sont pas encore actifs sexuellement (généralement à la fin du primaire et au début du secondaire), comme marque d’intérêt amoureux envers une personne avec laquelle on souhaite nouer une relation amoureuse, et comme une partie de la relation amoureuse chez les adolescents sexuellement actifs : s’échanger des photos dénudées est une preuve de son engagement envers l’autre.

Il est important de noter, cependant, que les sextos ne sont pas un phénomène exclusivement adolescent : une étude réalisée en 2014 révèle que le phénomène est beaucoup plus commun chez les jeunes adultes que chez les jeunes[1].

L’attitude des jeunes face au sexto varie considérablement : certains jeunes décrivent ces pratiques comme « sans grande importance », les décrivant même comme « moins risquées que des relations sexuelles réelles ». D’autres, des filles surtout, se sentent forcés à donner de telles photos. Et même lorsqu’on voit la pratique comme « sans importance », elle peut le devenir – lorsque ces images et messages intimes se retrouvent distribués à une audience plus large. Une étude réalisée sur les expériences d’élèves de première année universitaire en matière de sextage révèle que les filles qui avaient été contraintes d’envoyer des sextos ou sur qui on avait fait pression pour le faire étaient trois fois plus susceptibles d’avoir subi des conséquences négatives que celles qui l’ont fait volontairement[2].


[1] Döring, N. (2014). Consensual sexting among adolescents: Risk prevention through abstinence education or safer sexting?. Cyberpsychology: Journal of Psychosocial Research on Cyberspace, 8(1), article 9. doi: 10.5817/CP2014-1-9
[2] Englander, Elizabeth. Low Risk Associated With Most Teenage Sexting: A Study of 617 18-Year-Olds. Massachusetts Aggression Reduction Center, 2012.