Authentification et vérification

Lorsque vous avez trouvé de l’information en ligne – ou que quelqu’un vous en a partagée – comment savez-vous si elle est vraie ou du moins crédible? Autrement dit, comment faites-vous pour authentifier l’information? L’Internet est un médium unique parce qu’il permet à tous – pas juste les experts – d’écrire sur n’importe quel sujet et de diffuser le tout à un vaste auditoire.

L’authentification d’information en ligne peut ressembler au travail d’un détective, parce que vous devez rassembler des indices pour recomposer l’histoire. En général, plus vous rassemblez d’indices, plus vous pouvez avoir confiance en votre résolution ultime. À l’inverse, plus il est important pour vous de connaître la fiabilité de quelque chose, plus vous aurez besoin d’indices.

C’est pourquoi nous devons abandonner l’idée selon laquelle nous pouvons « faire confiance à notre instinct » lorsque nous tentons de vérifier de l’information ou de déterminer si une source est fiable. Souvent, les indices les plus importants viennent de l’extérieur de la source en soi.

Par exemple, examinez cette vidéo :

Est-elle vraie ou fausse? Il n’y a vraiment aucun moyen de s’en assurer juste en la regardant : vous devez regarder qui l’a téléversée et effectuer quelques recherches additionnelles pour découvrir que bien que la vidéo soit vraie, elle ne dit pas la vérité : la palourde ne « lèche » pas (on y voit en fait sa patte et non sa langue) et le sel n’est pas pertinent (elle essaie de se traîner jusqu’à l’eau pour éviter de suffoquer).

L’authentification d’information en ligne comporte deux éléments de base : les habiletés de pensée critique  qui vous laissent poser des questions clés et les habiletés techniques qui vous aident à y répondre. De nouveaux outils plus ou moins pertinents peuvent être utilisés, mais les questions clés demeurent les mêmes.

Pensée critique

Avoir une bonne pensée critique ne signifie pas que vous doutiez de tout ou que vous remettiez tout en question, mais bien que vous posiez des questions clés qui vous aident à évaluer la fiabilité d’une information. Il se peut que vous ne soyez pas en mesure de déterminer avec certitude si quelque chose est vrai ou faux, et même le terme « vrai » peut sembler compliqué : il n’est pas inhabituel que quelque chose de vrai soit utilisé dans un contexte trompeur (comme une vieille photo étant présentée comme une nouvelle.)

  • Ainsi, votre première question est la suivante : Dans quelle mesure dois-je en avoir l’assurance? Est-ce que vous (ou quelqu’un d’autre) baserez une décision importante à la lumière de cette information? Cette information pourrait-elle aider des personnes si elle est vraie ou nuire à d’autres si elle est fausse? La réponse va déterminer l’intensité des efforts que vous consacrerez pour répondre aux questions qui suivent.
  • Votre seconde question devrait être : Est-ce que quelqu’un d’autre a déjà discrédité cet article? Effectuer une recherche sur le sujet avec les mots « canular » ou « faux » ou à l’aide d’un site de vérification des faits comme Snopes peut vous faire économiser beaucoup de temps. Toutefois, s’il n’y a rien sur l’information d’une manière ou d’une autre, cela signifie peut-être que la vérification des faits n’a pas encore été réalisée.
  • Il est important de demander Quelle est la source originale de cette information? En raison de la nature en réseau d’Internet, une grande partie de l’information que nous trouvons est obtenue de façon indirecte ou vient de très loin. Avant de pouvoir évaluer toute information vous devez trouver son origine. La source a-t-elle généré ou publié l’information elle-même? Si non, est-ce qu’elle donne des liens ou des citations vers la source initiale? Si vous n’arrivez pas à déterminer la source initiale de l’information, vous ne pouvez pas la considérer fiable.
  • Lorsque vous avez trouvé d’où vient l’information, vous pouvez vous demander Est-ce je peux faire confiance à cette source? Ne vous fiez pas trop à l’apparence officielle ou professionnelle d’un site : si les fautes d’orthographe et autres erreurs peuvent indiquer un manque de fiabilité, un grand nombre de sites de désinformation ont l’air aussi professionnel que les sites légitimes. (Pour obtenir de l’information afin de déterminer comment faire confiance à des contenus générés par les utilisateurs, comme des articles Wikipédia, voir la section ci-dessous.) Au lieu, ouvrez un nouvel onglet et effectuez une recherche sur la source :
    • Revérifiez que l’adresse Web que vous examinez est la véritable adresse Web pour cette source. Les propagateurs de canulars imitent parfois les sites légitimes en créant une fausse adresse Web d’allure réelle, comme « abcnews.com.co » (l’adresse du vrai site d’ABC News est abcnews.go.com.) Si vous n’êtes pas certain, effectuez une recherche sur l’adresse Web.
    • Voyez si vous pouvez trouver qui paie pour la source ou qui en est commanditaire. Ces personnes feront-elles de l’argent si vous les croyez? Mettent-elles en avant une opinion ou une position politique en particulier?
    • S’il s’agit d’une organisation comme un journal ou une université, la source est-elle généralement considérée fiable? Existe-t-il un parti pris généralement reconnu à l’égard d’une opinion ou une autre? (Cela n’enlève pas automatiquement de la fiabilité à la source, mais cela vous aide à voir l’information d’un œil plus sceptique.)
    • Lorsque vous posez cette question, gardez à l’esprit que les sources ne jouent pas toutes « franc jeu » : la désinformation circule souvent en ligne dans le but de vous vendre quelque chose, de susciter votre colère ou de vous faire rire. Certains de ces sites utilisent des noms qui semblent légitimes, comme le « Denver Guardian », un site de nouvelles bidon qui a vu naissance durant l’élection présidentielle américaine de 2016, et s’attendent à ce que vous ne revérifiez pas. C’est pourquoi il est essentiel de trouver quelques-uns des antécédents de la source. Voici quelques formes courantes de désinformation intentionnelle :
      • Les canulars et les fausses nouvelles : Ceux-ci sont diffusés intentionnellement afin de tromper les gens. Ils sont parfois motivés par une intention malicieuse ou trompeuse; d’autres fois à des fins idéologiques ou politiques; d’autres fois par des gains financiers.
      • Les escroqueries : Parfois, l’objectif d’une fausse histoire est de vous extorquer de l’argent, d’obtenir vos renseignements personnels ou de vous faire cliquer sur un lien qui télécharge des programmes malveillants sur votre ordinateur.
      • Les publicités : Évidemment, les publicités circulent beaucoup, mais d’autres sont dissimulées comme du contenu « réel ».
  • Si vous jugez que la source est suffisamment fiable pour ce que vous voulez en faire, vous pouvez à présent demander si cette information spécifique est fiable :
    • Assurez-vous que ce que vous lisez a vraiment été publié par la source. De nombreux sites Web incluent du « contenu commandité » ou de la « publicité intégrée » qui peut être difficile à distinguer de leur propre contenu.
    • Ensuite, vérifiez la date de publication, pour vous assurer que le contenu soit encore pertinent. (Cela sera plus important dans certains contextes, comme les actualités, que d’autres.)
    • Effectuez une recherche sur l’auteur et sur toute personne citée comme une source. (Pour savoir comment déterminer si une personne prétendant être un « expert » en est vraiment un, consulter la section Trouver et évaluer de l’information portant sur les sciences et la santé.
    • Assurez-vous que la source soit destinée à donner des informations factuelles plutôt que des opinions. (Gardez à l’esprit qu’un fait n’est pas nécessairement quelque chose de vrai, mais quelque chose de démontrable. « La lune est faite de fromage » est un énoncé factuel, mais faux; « la lune est belle » est une opinion, même si la plupart des gens diraient que c’est vrai.)
    • Regardez si des corrections ou des modifications apparaissent au bas.
    • Pour les images, effectuez une recherche par image inversée à l’aide d’un site tel que TinEye pour trouver leur provenance.
    • Vous pouvez également regarder comment la source transmet son information. Essaie-t-on de vous faire peur ou de vous mettre en colère? Utilise-t-on des mots ou des images chargés d’émotivité? Montrez-vous sceptique des sources qui tentent de vous manipuler en faisant appel aux choses en lesquelles vous croyez, plutôt que d’essayer de présenter un argument logique, ou des sources qui utilisent des images ou un langage injurieux pour décrire des personnes ayant une opinion opposée.
  • Si vous concluez que l’information est fiable, demandez-vous si la source raconte toute l’histoire. Ouvrez un nouvel onglet et regardez si d’autres sources présentent de l’information sur le même sujet. (Assurez-vous qu’il s’agisse de sources originales et non pas de partage d’information provenant de la même source.) Lorsque vous avez déterminé si les sources sont fiables, comparez leur information à ce que vous avez trouvé dans votre source originale.
  • Rappelez-vous de vous montrer ultrasceptique à l’égard de tout ce que vous voulez croire comme étant vrai. 

Habiletés techniques

Un grand nombre des questions ci-dessus ne sont pas faciles à répondre. Voici quelques étapes et outils utiles que vous pouvez utiliser pour savoir d’où provient une information, si la source est fiable et si on vous dit toute l’histoire.

  • La Boîte à outils de vérification de First Draft News est un outil puissant vous permettant de faire des recherches par images inversées, d’obtenir des métadonnées sur des photos (où elles ont été prises, etc.) et d’obtenir de l’information sur les comptes Twitter et Facebook.
  • TinEye et RevEye sont également des outils utiles pour découvrir l’origine d’une image.
  • Le Visualisateur de données YouTube  d’Amnistie Internationale vous donne de l’information sur les vidéos publiées sur YouTube.
  • DomainBigData est un outil gratuit qui vous donne de l’information sur le propriétaire et le gestionnaire d’un site Web, ainsi que sa durée de mise en ligne.
  • International News Archives recueille des liens vers des journaux dans le monde (la liste canadienne se trouve ici), ce qui permet de voir facilement comment différentes sources couvrent la même histoire. (Gardez à l’esprit que de nombreux journaux appartiennent à de grandes compagnies, donc assurez-vous de consulter des journaux ayant des propriétaires différents.)
  • Social Search vous permet de fouiller cinq grands réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google Plus, Instagram et Pinterest) à la fois.
  • Les bons sites de vérification des faits incluent Décodex, Hoaxkiller, Snopes, Fact Check.org, Politifact et FactsCan. Pour épargner du temps, vous pouvez en faire la recherche sur Google en ajoutant « site: » et l’adresse Web ou, pour des sites très connus comme Snopes, en ajoutant simplement le nom du site. (Ainsi, pour savoir si les Mentos explosent réellement quand on les met dans une canette de Coke, vous pouvez effectuer la recherche suivante : « Mentos Coke Snopes ».) Vous pouvez également effectuer une recherche sur le sujet et ajouter les mots « canular » ou « faux », mais souvenez-vous que vous devrez quand même revérifier les résultats!

Authentification du contenu généré par les utilisateurs

Certaines des sources d’information les plus populaires – YouTube, Wikipédia et les sites de médias sociaux comme Tumblr, Facebook et Instagram – posent des défis particuliers parce que la plupart ou l’ensemble des contenus est créé par leurs utilisateurs. Sur Wikipédia, tout le contenu est créé et révisé par les utilisateurs – (en fait, vous n’avez même pas besoin d’être un utilisateur enregistré pour ajouter, supprimer ou modifier du contenu), tandis que sur YouTube, les vidéos produites par des enfants de dix ans et des théoriciens du complot partagent l’espace avec les bulletins de nouvelles et les documentaires. Chacune de ces plateformes adopte une approche différente pour la gestion de son contenu et les plateformes de masse qui naîtront dans l’avenir adopteront probablement une de ces approches. La compréhension de ces approches est essentielle pour connaître les meilleures stratégies permettant de vérifier du contenu.

Wikipédia

En tant que source de recherche en ligne, Wikipédia appartient à une classe en soi; les enfants le choisissent comme première (et souvent seule) destination pour leurs recherches scolaires.[1] Wikipédia est le fruit d’un effort commun ambitieux : son contenu est produit et publié directement par les utilisateurs, de manière très simple (le terme « wiki » vient de « wikiwiki », un mot hawaïen qui signifie « rapide »). Les articles sont rédigés par des volontaires provenant de partout dans le monde qui donnent leur temps et leur expertise à ce projet ambitieux : tous sont bienvenus d’écrire et d’apporter des modifications.

Les mêmes qualités qui rendent Wikipédia unique suscitent également la critique de la part de ceux qui s’interrogent à savoir « Comment pouvons-nous faire confiance à un contenu que n’importe qui peut écrire ou changer? » Toutefois, Wikipédia essaie de contrôler l’exactitude de son contenu en donnant aux utilisateurs l’occasion de remettre en question l’information qu’ils pensent incorrecte ou trompeuse. De même, des « équipes » sont chargées de classer et d’améliorer les articles sur différents sujets, et des outils automatisés reprennent presque instantanément les mauvaises modifications.[2] En résultat, des recherches ont démontré qu’en moyenne, Wikipédia est autant sinon plus exact que les autres encyclopédies en ligne qui ne sont pas créées par des utilisateurs.[3]

Un étudiant réalisant une recherche sur la Reine Élisabeth I (en anglais) peut découvrir dans l’article Wikipédia que certains historiens l’ont caractérisée comme ne montrant aucun remords quant à un massacre d’Irlandais. Un bon étudiant remarquera que ce fait est cité comme provenant d’un livre d’Anne Somerset publié en 2003, et celui-ci ira à la bibliothèque pour consulter le livre en question. Un étudiant nonchalant citera Wikipédia et s’arrêtera là.[4]

Wikipédia est souvent un bon endroit pour commencer à recueillir de l’information. Toutefois, comme n’importe qui peut être l’auteur d’un article, il est important de remonter à la source initiale pour tout ce que nous trouvons et d’évaluer celle-ci à l’aide des outils susmentionnés. De même, vous devriez reconnaître les indications selon lesquelles un article Wikipédia n’est peut-être pas tout à fait fiable, comme la présence de bandeaux recyclage qui montrent les lacunes dans l’article et le classement qu’il a reçu. Vous pouvez voir le classement dans la page Discussion (cliquez sur l’onglet « Discussion » au haut de l’article). Une explication complète de cette échelle de classement se trouve à l’adresse https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet:%C3%89valuation. Les classements sont basés sur l’évaluation des utilisateurs de Wikipédia, la plupart du temps ceux qui font partie des équipes d’évaluation traitant d’un sujet particulier. Par exemple, la page Discussion pour l’article sur Élisabeth I cité ci-dessus montre qu’il est classé B (« Article bien construit »), ce qui signifie qu’il est pratiquement complet, sans problèmes majeurs mais il a besoin d’être travaillé pour atteindre le classement Bon Article.[5] La page Discussion montre également des discussions entre les éditeurs sur différents enjeux en lien avec le site.

Ce qui distingue Wikipédia de la plupart des autres sources est que non seulement n’importe qui peut modifier le site, mais chaque modification est enregistrée : en cliquant sur l’onglet « Voir l’historique », vous pouvez voir tous les changements apportés à l’article (ainsi que leurs auteurs) en plus d’avoir accès aux versions antérieures. Cette page, qui vous montre des modifications spécifiques, vous permet aussi de voir si l’article est en cours de révisions majeures ou fait l’objet de controverses.

Enfin, tout article Wikipédia comporte une section « Notes et références » (qui montre d’où proviennent les faits spécifiques cités dans l’article) et une section « Sources » (qui fournit d’autres sources générales d’information approfondie sur le sujet.)

YouTube

Une des raisons pour lesquelles YouTube est une source d’information aussi appréciée des jeunes[6], en particulier, est qu’elle est très utile pour en apprendre sur des sujets pratiques et visuels comme des techniques de guitare, l’évaluation du caractère ludique d’un nouveau jeu vidéo ou la façon de faire tourner une omelette. En plus d’une préférence générale pour l’observation plutôt que la lecture, cela peut amener les jeunes à l’utiliser comme source d’information sur des sujets très complexes – pour lesquels YouTube n’est pas bien adapté.

Comme sur Wikipédia, les vidéos sur YouTube sont publiées par des utilisateurs : en fait, plus de 400 heures de contenu sont téléchargées chaque minute[7]. Malheureusement, comme YouTube a été conçu comme un site de divertissement plutôt qu’une source d’information, il ne comporte pas de caractéristique permettant l’évaluation de l’information comme Wikipédia. (YouTube a annoncé qu’il ajouterait des liens vers des articles Wikipédia sur les vidéos qui comportent des éléments trompeurs[8], mais au moment d’écrire ces lignes, cette caractéristique n’avait pas encore été lancée.)

De même, les utilisateurs YouTube ont l’incitatif de publier du contenu sensationnel ou qui engage les émotions, parce qu’ils reçoivent de l’argent de la part d’annonceurs en fonction du nombre de personnes qui visionnent les vidéos. Comparativement à Wikipédia, qui est à but non lucratif et où les articles sont rédigés et révisés entièrement par des volontaires, il n’est pas difficile de voir pourquoi YouTube contient une grande quantité de contenus faux et trompeurs.

Les algorithmes de recommandation utilisés par YouTube pour offrir des suggestions de contenu se basent sur la pertinence avec ce que vous avez déjà regardé, pas nécessairement sur la fiabilité du contenu. Cela signifie que les liens vers les vidéos recommandées peuvent facilement mener à de la désinformation : par exemple, une expérience a révélé que les utilisateurs qui découvrent le canal TEDx pouvaient être dirigés vers Alex Jones, théoricien de la conspiration, lorsqu’ils suivent aussi peu que trois liens vers des vidéos suggérées.[9] Souvent, la désinformation sur le site se diffuse rapidement à la suite d’un événement d’actualité, ce qui établit parfois un faux récit parmi les auditeurs avant que celui-ci ne soit discrédité par des journalistes légitimes.[10] 

En raison de ces caractéristiques, YouTube et les sites semblables devraient être utilisés comme sources d’information avec une prudence extrême :

  • Commencez par demander si vous souhaitez établir l’authenticité de la vidéo en soi ou des revendications émises dans la vidéo. (Gardez à l’esprit qu’une vidéo peut être authentique et à la fois trompeuse, comme la vidéo de la palourde au haut de cette section.)
  • Utilisez des sites de vérification des faits pour voir si les revendications (ou la vidéo en entier) ont été discréditées.
  • Utilisez le visionneur de données YouTube DataViewer pour trouver de l’information sur le moment où la vidéo a été publiée et son auteur.
  • Trouvez d’où vient la vidéo et l’information qu’elle contient et effectuez des recherches pour savoir si ces sources sont fiables.
  • Suivez les traces de l’argent : trouvez si les producteurs de la vidéo ont reçu un paiement pour la promotion d’un produit ou d’un point de vue en particulier.
  • Portez une attention particulière afin de distinguer les revendications factuelles (pouvant être prouvées ou réfutées) des opinions.
  • Montrez-vous particulièrement sceptique des revendications que vous voulez croire.
  • Ne suivez pas les recommandations « À suivre » vers d’autres vidéos à voir.

Les médias sociaux

Le plus important à se rappeler à propos des médias sociaux, c’est que les plateformes comme Facebook, Tumblr ou Pinterest ne sont pas des sources : elles établissent des liens vers des sources, mais comme ces liens sont habituellement partagés avec des personnes que nous connaissons, nous décidons souvent de nous y fier en fonction de notre opinion envers la personne qui les a partagés, plutôt que la qualité de l’histoire en soi.[11] La capacité de partager des liens vers des articles d’actualité par les médias sociaux signifie que nous dépendons moins des organes d’actualité pour sélectionner du contenu et plus sur les filtres que nous avons créés soit intentionnellement (en aimant ou en suivant des organes d’actualités, des reporteurs ou des personnes qui trouvent et partagent des nouvelles) ou sans le savoir (par les algorithmes que les réseaux sociaux et les moteurs de recherche utilisent pour faire le suivi des éléments auxquels nous réagissons le plus).

Pour vérifier de l’information que vous avez trouvée par un média social, l’étape la plus importante consiste à trouver la source originale. Comme il est si facile de diffuser du contenu en ligne, il est important de trouver l’endroit où une histoire a fait sa première apparition. Cela est en partie dû au fait que les histoires sont parfois modifiées ou déformées lorsqu’elles sont diffusées, mais aussi parce que vous ne pouvez pas savoir si elles proviennent d’une source fiable jusqu’à ce que vous sachiez quelle est cette source.[12] Il y a deux façons de le savoir : d’abord en suivant les liens ou les citations « en amont » de l’histoire pour voir son origine; ensuite en effectuant une recherche sur l’histoire et en utilisant des outils de recherche avancée pour en trouver la version la plus récente. Lorsque vous avez trouvé la source originale, vous pouvez utiliser les conseils ci-dessus pour trouver si elle est digne de confiance.

 


[1] Kessler, Sarah. « Students Cite YouTube, Google, Wikipedia the Most [INFOGRAPHIC]. » Mashable, Mashable, 31 mai 2012, mashable.com/2012/05/31/information-literacy-infographic/.
[2] Kloc, Joe. « Wikipedia Is Edited by Bots. That’s a Good Thing. » Newsweek, 25 fév. 2014.
[3] Casebourne, I., Davies, C., Fernandes, M., Norman, N. (2012) Assessing the accuracy and quality of Wikipedia entries compared to popular online encyclopaedias: A comparative preliminary study across disciplines in English, Spanish and Arabic. Epic, Brighton, UK. Extrait de : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:EPIC_Oxford_report.pdf
[4] « Why All the Hate for Wikipedia? » The Kernel, 29 juillet 2014, kernelmag.dailydot.com/features/report/6570/who-hates-wikipedia/.
[5] « WikiProject Assessment. » Wikipedia, Wikimedia Foundation, 26 juin 2018, en.wikipedia.org/wiki/Wikipedia:WikiProject_assessment.
[6] « U.K. Millennials Put Their Trust in YouTube: Survey. » StreamDaily, 26 juillet 2016, streamdaily.tv/2016/07/26/u-k-millennials-put-their-trust-in-youtube-survey/.
[7] Tran, Kevin. « Viewers Find Objectionable Content on YouTube Kids. » Business Insider, Business Insider, 7 nov. 2017, www.businessinsider.com/viewers-find-objectionable-content-on-youtube-kids-2017-11.
[8] Johnson, Lauren. « YouTube Is Working With Wikipedia to Add Context to Conspiracy Videos. » – Adweek, Adweek, 14 mar. 2018, www.adweek.com/tv-video/youtube-is-working-with-wikipedia-to-add-context-to-conspiracy-videos/.
[9] Silverman, Craig. « How YouTube’s Channel Recommendations Push Users To The Fringe. » BuzzFeed, BuzzFeed, www.buzzfeed.com/craigsilverman/youtube-channel-recommendations-alex-jones-radicalize.
[10] Nicas, Jack. « YouTube Tweaks Search Results as Las Vegas Conspiracy Theories Rise to Top. » The Wall Street Journal, Dow Jones & Company, 6 oct. 2017, www.wsj.com/articles/youtube-tweaks-its-search-results-after-rise-of-las-vegas-conspiracy-theories-1507219180.
[11] ‘Who shared it?’: How Americans decide what news to trust on social media (Rep.). (20 mars 2017). Récupéré le 5 avril 2018, du site Web Media Insight Project : http://mediainsight.org/PDFs/Trust Social Media Experiments 2017/MediaInsight_Social Media Final.pdf
[12] Wineburg, Sam and Sarah McGrew. « Lateral Reading: Reading Less and Learning More When Evaluating Digital Information. » Stanford History Education Group, septembre 2017.