La peur et les médias

Qu’il s’agisse de Darth Vador, des Daleks dans « Doctor Who » ou des singes volants dans « Le Magicien d’Oz », la plupart d’entre nous se souviennent avoir vu quelque chose à l’écran que nous ne pouvions regarder que derrière un divan ou caché sous le manteau d’un de nos parents. En fait, 90 % des adultes indiquent garder un souvenir indestructible d’un traumatisme, pendant leur enfance, causé par quelque chose qu’ils avaient vu à la télévision ou dans un film. Ce que nous ne nous rappelons peut-être pas, cependant, c’est à quel point ces images et ces moments effrayants peuvent avoir des répercussions graves et persistantes. Comme nous guidons nos enfants à travers leur expérience avec les médias, il est important de comprendre que ce qu’ils voient peut entraîner des problèmes, comme des cauchemars saisissants, la peur de l’obscurité, des difficultés à dormir et un refus de dormir seul.

Malgré la popularité d’Internet, le cinéma et la télévision demeurent encore les médias favoris chez les jeunes (bien qu’ils les utilisent de plus en plus en ligne) [1].

Les enfants ont toujours été fascinés par la magie du cinéma.

Choisir les bons films pour les enfants

Les grands classiques du cinéma nous éduquent et nous inspirent tout autant qu’ils nous divertissent. Apprenez aux enfants que le cinéma ne se limite pas aux superproductions hollywoodiennes.

Comprendre les systèmes de classement

Les systèmes de classement vous guident dans le choix d’un film mieux adapté à votre famille. Toutefois, les consommateurs ne savent souvent plus où donner de la tête, car le Canada utilise plusieurs systèmes différents. 

Gérer l'écoute des films et vidéos

Regardez le film au préalable si vous craignez qu’il ne convienne pas à vos enfants. Parlez-en aussi avec d’autres parents qui l’ont vu, lisez les comptes rendus dans les journaux ou consultez les nombreux sites Internet conçus pour les parents.

La question de la représentation de certains groupes dans les médias, surtout des groupes considérés comme marginalisés, soulève très souvent le problème des stéréotypes. Or, il ne suffit pas toujours de briser les stéréotypes. La question n’est pas simple, et il ne faudrait pas se limiter à déterminer si la représentation que font les médias d’un personnage est positive ou négative.

Pages