Avec avril, voici revenue « la semaine sans télé », une semaine particulièrement suivie dans les écoles québécoises, où certaines ont même courageusement élargi le défi à dix jours, et à tous les écrans (ordinateur, Game Boy, etc…). Car force est de constater que, même si le visionnement de la télévision décline, depuis quelques années, c’est aux dépens d’autres écrans.

Croyez-le ou non, aucune expérience de laboratoire n’avait à ce jour étudié comment l’exposition de l’alcool à la télévision en affecte la consommation immédiate. Les chercheurs néerlandais et canadien qui viennent de publier les résultats d’une telle recherche expliquent cette lacune par le fait que « l’on s’attend à ce que l’exposition aux images télévisées s’installent avec le temps, par le biais de changement dans les associations, les cognitions, et les attentes. » (Robinson et al., 1998, cités par Engels, Hermans, van Baaren, Hollenstein et Bot, et traduit de l’anglais par moi-même).

La télé-réalité est un enfant du siècle : c’est le 30

Malgré son grand âge, le Père Noël sait rester tendance. Cette année encore, sous le sapin, il y aura immanquablement de beaux gadgets technologiques, et bien sûr un ou deux jeux vidéo –une industrie qui se rit de la crise économique : au Canada, elle a réalisé une hausse des ventes de 36 pour cent entre 2007 et 2008.

Noël approche, c’est donc l’époque de l’année où beaucoup s’apprêtent à célébrer le Dieu de la consommation.

Pages