La cyberintimidation représente-t-elle un gros problème ? Si l’on en juge par la couverture médiatique qui met souvent en lumière les cas les plus extrêmes et les plus dramatiques, c’est une véritable épidémie, à laquelle les établissements scolaires ainsi que les législateurs ont souvent réagi par des mesures répressives. Les élèves, pour leur part, sont plus susceptibles de dire que la cyberintimidation est moins problématique que ce que les adultes croient – bien que, dans de nombreux cas, même eux surestiment sa fréquence réelle. La cyberintimidation : Agir sur la méchanceté, la cruauté et les menaces en ligne, le troisième d’une série de rapports d’HabiloMédias basés sur des données provenant de notre enquête Jeunes Canadiens dans un monde branché, suggère qu’en ce qui concerne les jeunes Canadiens, la réponse se situe quelque part entre les deux, brossant un tableau des conflits en ligne qui exige des réactions plus nuancées, remises en contexte et basées sur des faits.

Quelqu’un m’a récemment envoyé une chronique, parue en décembre dernier dans le Globe and Mail, sur les méfaits de la pub destinée aux enfants. « Mais on n’a pas le droit de faire de la pub directement aux enfants au Canada! » lui ai-je répondu.

Les jeunes se soucient-ils de leur vie privée? Les participants à des groupes de discussion de HabiloMédias en 2012 nous ont dit qu’ils se souciaient grandement de leur vie privée, même s’ils participent activement à des plateformes et à des activités que les adultes considèrent comme étant seulement des sites de partage et de diffusion. En examinant les conclusions de notre étude Jeunes Canadiens dans un monde branché réalisée auprès de plus de 5 000 élèves des provinces et des territoires du Canada, nous pouvons maintenant commencer à comprendre cette contradiction : les jeunes ne se soucient peut-être pas de notre définition de la vie privée, mais ils veulent avoir le contrôle, le contrôle de ceux qui peuvent voir leurs publications, de ceux qui peuvent savoir où ils se trouvent et, surtout, de la façon dont les autres les perçoivent.

Le 11 février est la Journée pour un Internet plus sûr (#SID2014), un événement international annuel organisé par InSafe pour promouvoir l’utilisation plus sécuritaire et plus responsable des technologies virtuelles, surtout chez les jeunes.

Pour les parents d’adolescents et de préadolescents, Internet peut parfois ressembler à une liste sans fin de sites Web : Facebook, Twitter, Tumblr, SnapChat, etc., en plus des nombreux autres sites qui viennent s’y ajouter tous les quelques mois. Bien que les risques pour la sécurité de ces sites soient souvent exagérés (il est plus efficace de développer une pensée critique plus large que de se concentrer sur les particularités des derniers sites préférés des enfants) [en anglais seulement], certains autres sites présentent des risques très réels et précis que les parents sont moins susceptibles de connaître. Ces soi‑disant « sites indésirables » offrent un accès non autorisé à du contenu protégé par le droit d’auteur comme de la musique, des films et des jeux vidéo.

Pages